Oct 052018
 

Des petits paniers pour les bikers, des gros pour les p’tits animaux mignons. On aura tout vu.

Dans le petit panier de Laurent : 500g de courgettes, 600g de choux fleur, 400g d’haricots rame délicieux au goût de patates ruisselantes de beurre mais diététique, 1 kg de patates fermes pour sa raclette, 1 botte de radis et 1 salade.

Dans le panier moyen de Clémence et Sasha : 1 kg de courgettes, 1 kg de choux fleur, 700g d’haricots rame, 1 kg de patates fermes pour sa raclette, 1 botte de radis et 1 salade.

Sep 292018
 

La semaine dernière, on a fait la dernière grosse récolte de l’année avec les AMAPiens : toutes les courges !

La récolte en chiffres, c’est  :

  • 39 personnes pour la récolte,
  • 5 variétés : potimarron vert Green Hokkaido, potimarron orange Uchiki Kuri, potimarron orange Fictor, courge Butternut, courge Futsu Black,
  • 1860 courges et potimarron récoltés,
  • 1918 kg en tout, soit 1 kg en moyenne par pièce,
  • 203 caisses transportées du champs au bâtiment de stockage, à pieds, car ce n’était pas très loin (50m) et qu’on était nombreux (30 personnes à porter),
  • conséquemment 1, 11 kg à transporter par caisse, en comptant le poids de la caisse
  • conséquemment 2, 20 km de transport en tout ! soit 666m par personne, sans compter les allers-retours dans le champs.

Le rendement en pièces est plus important qu’en 2017, notamment parce que les butternut n’avaient pas bien marché l’an passé. En poids total on a quasi la même chose : les pièces sont petites cette années (1 kg en moyenne contre 1,5 en 2017)

 

Merci à tous les fabuleux AMAPiens ! Maria, Emmanuel, Jean-Christophe, Florence, Jacques et Gabrielle, Priscille, Karine et Sylvain, Dorine, Gabin et Émile, Alain, Yoann, Marie-Noëlle, Lynda et Henzo, Aline, Christophe, Laurent, Valérie, Florian, Catherine, Éric et Dany, Anne-Laure, Tilin et Leïlou, Vincent, Abdu, Bernard, Marylène, Viviane, Stéphane, Marie, Félix et Garance.

 

 

 

Sep 202018
 

Samedi dernier et le précédent, (oui, oui le même que celui des patates si vous suivez bien) ; on a récolté les patates douces oranges et blanches avec les AMAPiens.

C’était SU-PER ! Surtout pour ceux de la seconde session, qui n’avaient pas les lianes à arracher !

La récolte des patates douces c’est pénible parce que on ne peut pas vraiment mécaniser (les patates douces ont la peau super fragile, et la peau c’est ce qui permet de les conserver) ; que les lianes, c’est vraiment dur à arracher, surtout quand elles ont aussi bien poussé que chez nous ; et qu’ensuite il faut creuser à la main pour retirer des monstres énormes enterré bien profondément. Et encore, chez nous, c’est “facile” dans le sable…

Alors chapeau à nos aides précieux, pour cette belle récolte joyeuse et efficace.

 

Côté rendement, ceux qui ont déjà récolté les patates douces l’an passé ont eu l’impression qu’il y en avait moins (y compris, … les maraîchers). 

En fait non 😀 . Mais on avait fait déjà plusieurs grosses récoltes depuis août, contrairement à l’an passé où l’on avait tout récolté en septembre en une fois. Cette année on a 1,39T de patates douces, l’an passé, 1,43T.

Cette année le rendement en “blanche” était bien meilleurs qu’en 2017 : 2,1 par plant contre 1,7 par plant. Pas de chiffres pour les “oranges” qu’on n’avait pas faites en 2017

La différence notable est la nette différence de rendement entre les patates douces oranges et les patates douces blanches qui ont un bien meilleur rendement. Non seulement, mais elles sont aussi plus belles, de calibre plus homogène et un peu plus petit ce qui est préférable, selon moi. De plus personnellement, je les trouve meilleures (plus fines et plus sucrées).

 

Merci aux deux équipes !

Priscille, Marie-Odile, Élisabeth, Bernard et Claire, Alain et Françoise, Cindy et Guillaume, Anne-Laure et Loïc, Clara et Louis, Jean-christophe, Louis, Alfadel et Ahmad, Karine, Laurent, Alain, Will et Audrey, et Julien, Armel, Malo, Candice, Leïlou, Tilin, Imaé, Maxence et Stanley.

Maria, Joël et Magali, Anne-Laure, Ahmad, Éric et Dany, Annie, Alexandre, Servanne et Christophe, François, Anne, Florian, Aline, Clara, Lola et Éva et Félix et Garance.

Sep 132018
 

Samedi dernier avec les AMAPiens de Changé, Lombron et Le Mans Madeleine, on a récolté les pommes de terre.

Fred avait soulevé les 12 rangs à récolter la veille, et tout a été fait en moins de 2 heures.

Le rendement sur les patates récoltées il y a 6 jours est excellent (Margod et Spunta) : les AMAPiens ont récolté 1680 kg de patates (en moins de 2 heures, je le rappelle, d’où l’intérêt d’être nombreux). La différence est ce qu’Aline et moi avons ramassé jusque là, depuis avril.

Les patates primeurs ont logiquement moins de rendement, mais c’est tout à fait normal.

Merci à Priscille, Marie-Odile, Élisabeth, Bernard et Claire, Alain et Françoise, Cindy et Guillaume, Anne-Laure et Loïc, Clara et Louis, Jean-christophe, Louis, et l’aide précieuse de Alfadel et Ahmad, Karine, Laurent, Alain, Will et Audrey, et Julien.
et aux enfants, qui n’ont pas démérité : Armel, Malo, Candice, Leïlou, Tilin, Imaé, Maxence, et Stanley.

Sep 062018
 

Les inondations de juin ont pris leur tribut sur nos choux, malgré tout, même si il n’en reste que la moitié de ceux plantés, ils sont SUPERBES !

Fred a eu l’idée de génie de semer rapidement de l’engrais vert pour combler les trous des choux morts, ce qui magnifie encore plus la culture.

Et les choux sont tellement beaux !!

Tout ça ce sont des heures et des heures de drainage, binage, et traitement avec la bactérie  Bacillus Thuriengensis pour éviter les chenilles …

Mais à la fin, Fred est super content et nous aussi ! 😀

Août 212018
 

Avec le beau tablier fabriqué à partir du tote bag de la ferme, et par Viviane de l’AMAP de la Madeleine.

Et Aline est rentrée de vacances. Du coup, c’est vraiment la fête !

Juil 312018
 

Après une année avec des patates douces oranges, puis une année avec des patates douces blanches, cette année on a fait moitié / moitié (couleur de la chair).

Et puis on commence à les récolter beaucoup plus tôt. Elles sont déjà pas mal grosses, alors c’est parti !

J’ai récolté 15 plants de chaque variété

Hormis la différence de rendement (à confirmer ou non au fil de la récolte ; j’ai récolté à peine 4 %) , voici mes remarques :

  • la variété blanche à meilleure allure que la variété orange et les tubercules sont plus gros (ils devraient tous encore grossir)
  • la variété orange est beaucoup plus appétente pour les rongeurs
  • la variété orange est beaucoup plus pénible à sortir car elle pousse plus profondément et en plus ses lianes sont beaucoup plus longues et donc emmêlées les unes aux autres.

à gauche Erato Blanche à droite Erato Orange

Bon, la plupart des clients préfère la orange qui est plus sucrée. 😀

Juil 282018
 

J’ai fait des photos ce matin, suivie de ma bande de chat, mais pas de Ziggy qui aurait bien voulu.

Vous accèderez au diaporama plein de chats mignons en cliquant sur l’image !

Tout est planté, et certaines récoltes sont même déjà terminées.
Le désherbage est à jour et tout est propre !

Juil 212018
 

Toutes les carottes d’hiver à désherber et à éclaircir.

12 planches de 4 rangs et de 50m (750 m2 environ)

C’était crucial de tout faire avant les vacances d’Aline, quand je serais seule à la ferme.

On disposait de 11 jours. Ça a été fait en 6 !! CHAMPIONNES DU MOOOOOOOONDE !!!!

On peut l’avancée des travaux ci-dessous : à droite les 6 planches de la 1ère série, à gauche les 6 planches de la seconde série, semées à 15 jours d’intervalle (l’intérêt est la gestion du désherbage justement). Vous pouvez voir au fur et à mesure qu’on avance (de droite à gauche) que les carottes poussent et les herbes aussi !

On a mis moins de 46 heures en tout (moins de 23 heures à 2).

Aline ramasse la dernière herbe …

et hop ! … on est vachement contentes d’avoir fini !!

Juil 092018
 

(dont la moitié à reculons !)

Et oui ! C’est possible ! Grâce à un de nos outils principaux : la houe maraîchère (ou cultivateur ou pousse-pousse). La nôtre vient de Cecotec, elle est légère et robuste et le sarcloir est d’excellente qualité : on en a un grand qui sert à sarcler les allées et un petit pour les inter-rangs. On a dû changer le grand sarcloir une fois depuis 2010 il a servi énormément pendant + de 6 ans.

Les carottes dans l’herbe, avant les 7 km 100. On a l’impression que c’est très enherbé, mais non en fait. Ce sont juste des grosses herbes (on devait sarcler jeudi dernier mais à cause de la pluie ça n’a pas été possible) et il n’y en a pas tant que ça, la bâche d’occultation a quand même fait son office, même si les inondations nous ont obligés à retravailler le sol et remonter des graines…

Et c’est parti pour 4 heures d’aller-retour. Vous noterez l’astuce bronzage : une tunique transparente sur un bandeau et pas besoin de crème solaire. Et adieu le bronzage agricole

Au bout de 2 heures, fin du sarclage des allées avec la grande lame, déjà moins d’herbe. #fitness : profitez en pour faire des abdos en même temps, en théorie c’est très facile et, bon, y’a que ça à faire. Perso, j’arrête pas d’oublier d’y penser, donc autant dire que c’est pas très réussi cette histoire.

Là c’est quand je commence les 3 derniers inter-rangs de la dernière planche !!! J’en peux plus. MAIS ! astuce bronzage numéro 2 ! Vous remarquerez que j’ai fais les inter-rangs dans l’autre sens de façon à bronzer de l’autre côté !! On ne perd pas le nord.

Après 4 heures ! Ouf c’est fini. Mon fidèle destrier a dégommé la dernière herbe !! Bravo !

(je remets les photos avant après pour qu’on se rend bien compte quand même)

%d blogueurs aiment cette page :