Juil 282018
 

J’ai fait des photos ce matin, suivie de ma bande de chat, mais pas de Ziggy qui aurait bien voulu.

Vous accèderez au diaporama plein de chats mignons en cliquant sur l’image !

Tout est planté, et certaines récoltes sont même déjà terminées.
Le désherbage est à jour et tout est propre !

Juin 082018
 

En début de semaine dernière, voyant la liste sans fin des tâches à faire (récoltes, récolte des petits-pois, palissage de 2 séries de tomates, de 2 séries de concombres, paniers, semis, plantations), du désherbage et de la météo annoncée hyper favorable à la levée des mauvaises herbes, j’ai été prise de panique.

Il fallait à tout pris rester à jour de tout pour ne pas risquer d’être débordés au moment des vacances d’Aline (et ouais, ça s’anticipe !).

Du coup j’ai fait la liste du désherbage à faire à tout prix avant aujourd’hui (en 2 semaines donc).

Et on a tenu !! l’objectif de désherber les 2 plus grands champs à notre charge les patates douces et le carottes, est atteint.

Les endives et les céleris pouvaient attendre encore sans problème la semaine prochaine, y’a 3 fois rien et finalement, les petits pois vont être retirés la semaine prochaine.

Voici l’état des cultures <3

Bon, à côté de ça, les courges sont toujours dans le même état, voire pire !!… (mais c’est du ressort de Fred héhéhé). J’aurais préféré pouvoir avancer un peu plus et qu’on fasse une partie de son travail mais on avait trop à faire.

AU SECOURS !

Et puis tout ça s’est fait aussi au détriment du palissage des tomates… Heureusement avec la venue de Capucine la semaine prochaine, ça va être vite réglé !

Bonne nouvelle les melons sont plantés. Il ne reste plus que 2 grosses plantations : poireaux et choux fleurs ce sera fait d’ici 15 jours. Ensuite on se consacre uniquement aux récoltes et désherbage.

Avr 082018
 

Depuis 1 semaine, c’est l’arrêt technique saisonnier pour la vente des légumes (AMAP, boutique en ligne). C’est à dire qu’on n’arrête de récolter des légumes et que plus personne n’a plus rien à croquer.

Mais pourquoi ?

Et bien tout simplement parce qu’en ce moment à nos latitudes, il est difficile de trouver quelque chose dans les champs : les légumes de conservation d’hiver ont tous (ou presque) été distribués ou alors commencent à vraiment se sentir mal (les poireaux montent, les carottes pourrissent et les patates ramollissent à mort), et ceux d’été ne sont pas encore là, pour certains, même pas encore semés ! Les plantes sont fortement dépendantes de la météo (températures) et de la luminosité pour pouvoir croître, et y’a un moment dans l’année ou ce n’est clairement pas le moment 😀

Oui mais sur le marché, il y a quand même encore un peu quelque chose ! Pourquoi pas à la ferme du hanneton ? 

Nous vendons à + de 98% en AMAP ; soit une centaine de paniers par semaine. Chaque AMAP compte une trentaine ou + de paniers. Il faut donc, 3 fois dans la semaine, récolter pour chaque légume assez de quantité pour remplir 30 paniers minimum. On ne peut pas se contenter d’avoir juste quelques radis, un peu de salades et des patates. Il nous faut de la quantité ET de la variété et encore plus ici car notre exigence nous conduit à proposer à chacun des paniers de qualité et différents d’une semaine sur l’autre.

Bon d’accord. Et ça va durer encore longtemps ? 

6 semaines. C’est la durée qui a été contractualisée dans les AMAPs que nous fournissons en légumes et c’est une durée cohérente par rapport aux cycles des légumes ici dans le nord Sarthe (qui dépend donc de la luminosité et de la température). Je crois me souvenir que c’est une durée qui m’avait été soufflée par mon maître-maraîcher Michel (à la même latitude) et ça c’est avéré parfait pour nous.

On essaie depuis plusieurs années d’arrêter les récoltes et distribution de façon régulière du 1er avril au 15 mai, qui sont des bonnes dates pour nous. C’est “assez tard” pour pouvoir écouler tout le stock et surtout avoir pu faire pousser un peu de frais et de primeur avant l’arrêt pour laisser tout le monde avec un bon goût en bouche : des radis, du mesclun…. Et ça reprend au moment où on est à peu près sûr d’avoir de la diversité avec tous les primeurs : carottes, petits-pois, navets, salades, mesclun, radis, patates nouvelles et même courgettes, et rapidement des concombres !

6 semaines !!! Mais vous faites quoi pendant ce temps là, vous partez en vacances au moins ?

Et non ! On travaille plutôt beaucoup ! Il y a tout à mettre en place donc beaucoup de semis et de plantations à faire, la préparation du sol, et déjà pas mal de désherbage ! On ne chôme pas.

Voici déjà, en partie, ce qu’on a fait cette première semaine :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et si 6 semaines, ça ne va pas ? 

On est très bien organisé, et l’exploitation est bien rodée alors ça limite les risques. Mais, ça peut arriver ! C’est que la météo a été très mauvaise pour les plantes (trop froid trop longtemps) et donc qu’ils poussent pas ou très mal ; ou pour le sol (trop de pluie pendant trop longtemps) et donc qu’on n’a pas pu travailler correctement dans les champs. Dans ce cas, c’est déjà arrivé 1 fois, on repousse la reprise des récoltes et des distributions. C’est une chose permise dans la charte des AMAP, mais de toute façon il serait difficile de faire autrement. Et pour compenser, dès que la production repart, on fait des paniers un peu plus gros.

Il est aussi arriver tout l’inverse, qu’il commence à y’avoir des tas de légumes un peu avant. Dans ce cas, si on reprend les récoltes et livraisons avant la fin des 6 semaines du contrat, les AMAPiens paient les paniers supplémentaires reçus.

Le plus souvent l’arrêt technique saisonnier est bien de 6 semaines et l’expérience nous permet de pérenniser encore mieux ces dates !

Tout ça pour repartir au mieux sur une saison de beaux légumes bio !

Mar 142018
 

Les deux derniers WE on a rebâché les 2 serres dont les bâches n’avaient pas encore été changées. On peut voir sur les photos qu’elles sont très sombres et rouges : c’est l’eau de la nappe qui nous sert à irriguer qui est ferrugineuse. Dans le coin toutes les serres maraîchères ont cette couleur. Rapidement cela rend la bâche occultante (et c’est pas ce qu’on veut pour les légumes qui poussent dessous).

Grâce aux AMAPiens, on dispose de la main-d’oeuvre importante nécessaire pour ce genre de chantier. C’est inestimable.

Concernant la technique, comme il y a déjà eu plusieurs bâches de changées, j’ai déjà décrit le processus sur cet article et celui-là

Il y a déjà eu la première serre à rebâcher, la plus facile :

Puis la seconde, sans possibilité de manoeuvrer autour (elles ont été montées – pas par nous- trop serrées les unes aux autres) et avec quand même notablement plus de vent

Les enfants des AMAP grandissent aussi au fil des saisons, la preuve avec Jalil qui entre 3 et 7 ans a pris pas mal de cm (mais utilise toujours la même pelle) !

Merci à l’équipe 1 : Bernard, Vincent, Louis, Anne-Laure, Eric, Stéphane, Claude, Louis et Clara, Adrien, Lynda, Thierry et Henzo, Christophe et Maxime.

Merci à l’équipe 2 : Amanda, Vincent, Stéphane, Claude, Guillaume P., Guillaume M., Perrine et Jalil, Claire et Bernard, Yoann, Laurent, Magali et Joël.

Merci à Magali et Henzo pour les photo !

Sep 102017
 

Les visites d’amis, ça permet d’avoir une autre vision que celle qu’on a tous les jours de la ferme.

Photos de Sandy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Août 102017
 

(Edit : mise à jour 30/03/2018, il persistait un problème d’organisation avec la mise en place des premières cultures d’été qui est normalement résolu)

Je m’étais donnée le challenge de créer durant l’été des “rotations perpétuelles” juste pour les serres (c’est plus facile) ; c’est à dire faire les plans jusqu’à la fin de temps en année 1 ; année 2 ; année 3 …. et cycliquement.

C’est chose faite après quelques tortures de mes méninges. Je voulais également regrouper au plus possible les familles de légumes pour n’avoir qu’à “glisser” les cultures d’une année sur l’autre.

Couleurs par familles :

bleu : chenopodiacées jaune : protéagineux
rouge : solananacées violet : cucurbitacées
vert clair : valérianacées vert foncé : asteracées (et aromates parce que c’était plus simple)
orange : ombellifères rose : crucifères (dominant pour le mesclun)

(pour les 4 années à venir. Je n’ai pas poursuivi mon glissement plus avant, mais il faut faire glisser les planches chaque année jusqu’à la 9ème suivante vers le bas (9 à cause du nombre de solanacées en été)

Configuration :

  • 6 serres / 22 planches de 36 à 40m
  • région France / Pays de la Loire / Sarthe
  • climat océanique dégradé
  • sol sableux réchauffant vite / sol très pauvre à petits rendements
  • commercialisation essentiellement en AMAP nécéssitant de pouvoir faire 100 paniers par semaine ; et 3*30 identiques
Juil 082017
 

Il fait trop chaud, le travail est pénible. Mais les légumes s’en sortent bien je crois. On n’a heureusement pas de retard dans les tâches saisonnières, donc on ne se sent pas débordé, même si le travail est intense. C’est confortable, de ne pas être débordé.

Les carottes d’hiver semées très récement ont eu beaucoup de mal à lever à cause des températures extrèmes. Ça se voit sur les photos.

Tour des champs au fil de la semaine…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juin 232017
 

Est-ce la chaleur suffocante ?

Est-ce l’absence d’eau depuis très longtemps ?

En tous cas, les fourmis ont faim et soif…

De façon exceptionnelle et jamais vue (enfin, chez nous en tous cas), elles s’attaquent aux pieds d’aubergine pour y boire :

Le bar (creusé par les fourmis)

Les piliers de comptoir


Une punaise opportuniste profite de la boisson à volonté. On n’est pas sectaire chez les fourmis, contrairement à ce qu’on pourrait croire d’une fourmilière.

Juin 052017
 

Aujourd’hui, lundi 8 juin, j’ai bossé avec Fred et Maggie.

On a commencé par planter la dernière série de concombres (130)

(on voit bien les 3 séries à 3 stades différents)

Puis on a récolté toutes les carottes pour demain et surtout pour faire de la place aux futurs melons.

Ensuite, on a planté 80 courgettes :

3ème série de courgettes de plein champ au premier plan devant les 2èmes et 1ères (on récolte ces dernières)

Ensuite chacun est parti de son côté. Je ne sais pas trop ce qu’à fait Fred le reste de la matinée, mais quant à moi, j’ai récolté 25 kg de courgettes, et 1 concombre. Puis, j’ai perdu le concombre pendant que je le stockais. Du coup, je lance un appel désepéré : WANTED 1 concombre, LE concombre du 5/06/17. Récompense : LE concombre.

Je me suis ensuite jetée à corps perdu dans la récolte des petits-pois. Jusqu’au déjeuner (petits-pois au menu, alors on peut se demander si j’ai vraiment eu une pause). Puis après le déjeuner. J’ai eu un gros moment d’angoisse quand, après une pause “eskimo au café”, je me suis demandée quels étaient les rangs que j’avais déjà récoltés (à cette heure-là, il m’en restait la moitié à faire, quand même…). Bilan 30 kg en 4:30, stockage et eskimo compris. Évidemment, j’étais seule le jour de la PIRE récolte, je crois que ça arrive tous les ans, et ce, de façon aléatoire malgré tout. C’est FOU !

Pendant ce temps là, Fred désherbait enfin ses fraises, et c’est beau ! Ça a dû être bien pénible et ça a surtout été presque aussi long que ma récolte de petits-pois.

Il a aussi entrepris de récolter toutes les larves de coccinelles qui trainaient dans les carottes pour les mettre dans les tomates qui ont un peu de pucerons, il faut bien le dire. 172 m’a t il dit, et ça quand même, c’est balèse (euh, coccinelles, pas pucerons). Et pif paf pouf, un peu de lutte bio grâce au insectes auxiliaires.

INTERLUDE : ENFIN Il PLEUT !!!!!!

Tant que j’y étais à faire un petit tour pour voir tout ce que Fred avait fait pendant que je vivais un enfer kafkaïen dans les petits-pois, je me suis rendue compte que …

tinlinnnnn !!!!

Et que vraiment les serres de tomates étaient bien jolies.

Et pendant ce temps là, Maggie, le chat le plus mignon du monde, avec des coeurs – coeurs dans les yeux a chopé au moins 3 lapins (matin – midi – soir). Que sa mère Mamita lui a scandaleusement volé. Et dévoré (tranquille, 3 lapins dans la journée et on se demande pourquoi elle est si grosse ?), à l’exception de 5 pattes et 2 queues que Hopey a réussi à lui arracher. Bravo Maggie. Ça aussi c’est de la lutte bio intégrée 😀


Heureusement, demain, Aline revient et Pierre aussi. Parce que là je suis morte.

Mai 232017
 

Aujourd’hui, plantations, désherbage à fond, préparation de l’AMAP de Changé et livraison. Du coup, vous trouverez ici le nouvel album en ligne de tout ça avec plein de légendes.

%d blogueurs aiment cette page :