Mar 282017
 

Aujourd’hui c’était la plantation des bulbilles d’oignons. Une grande nouveauté dans notre itinéraire technique des oignons puisque jusque là on commençait au semis, c’est à dire avec la graine. Nous avons commandé la même variété que celle qu’on prend d’habitude en graine : Sturon. J’aurais peut-être hésité si la variété dont je suis satisfaite n’avait pas été disponible.

Il faisait un temps idéal, pas trop chaud, pas trop froid, avec une belle lumière qui seyait à merveille à nos bulbilles, que voilà : 

Après 5 minutes de plantation, c’était si beau, tout ce doré, que je n’ai pas résisté à la photo :

Concrètement, on prend les bulbilles et on les pose en les enfonçant légèrement tous les 4 cm, et sur 4 rangs (espacés de 30 cm)

On a fait 3 planches de 50m d’oignons en 5 heures : 2*2 heures et 1 heure toute seule à mettre le P19 (le voile de protection, contre les insectes en l’occurence) : c’est trop long pour le voile,mais il y avait assez de vent pour me gêner. On peut réduire à 4:30 je pense.

J’ai calculé qu’il faut 6 kg de bulbille par planche de 50m


avant

après et tout doré

Bilan de ce changement d’habitude et d’IT : 100% positif à ce niveau de la culture, car on a gagné énormément de temps : pas de semis en mini-mottes (qui nous aurait pris 5-6 heures) et un gain de temps à la plantation (-40%, je pense).

À voir comment ça se passe au niveau du desherbage : avant on sarclait car il y avait de la place entre les plants. Maintenant on est obligé de passer à la main, donc ça prend plus de temps. On va peut-être gagner sur le nombre de désherbages car à partir d’un certain stade les oignons se toucheront, et donc l’herbe ne poussera pas entre eux.

Et bien sûr, cette euphorie du jour reste à confirmer avec la récolte.

  3 Responses to “Plantation des bulbilles d’oignons”

  1. Hello, pour ma part je fais pareil que vous, contrairement à beaucoup de mes collègues brésiliens qui plantent sur bâche. Seulement j’ai un outil super pour éviter le sarclage, c’est la herse étrille !! Un passage par semaine pendant un mois et demi puis un ou deux passages de bineuse et le tour est joué, temps cumulé pour le désherbage : 1:30h à 2 h, attelage compris (c’est la bineuse qui fait varier le temps, je la passe seul sans personne pour la guider). Moi ça me va bien comme la binette me tire pas mal sur le dos.

  2. Il fallait lire bretiliens (d’Ille-et-Vilaine)

  3. nous ce qu’on préfère, c’est désherber 🙂 😉 bonne saison

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :