Nov 302010
 

Bon, tout le monde se rend compte qu’il fait affreusement froid. Un peu froid pour un mois de novembre je dirais.

Un peu trop froid pour les légumes même.

On a plutôt ça en février d’habitude, quand justement, il n’y a plus rien dans les champs et rien d’autre à faire que de se reposer et boire des chocolats chauds s’occuper de l’entretien et du rangement de la ferme.

Là, malheureusement, il reste des carottes, des navets, des poireaux, des betteraves, des endives, des panais et sous serre des salades, des radis, des épinards, de la mâches, des tas de bettes et des semis de carotte.

Depuis la semaine dernière, avec Aline comme je vous l’ai déjà dit, on s’presse pour tout protéger : on a tout mis sous voile de forçage dehors, et même sous 2 voiles de forçage. Samedi avec Fred on a fait pareil sous les serres, et malgré tout ce matin, mauvaise surprise, sous serre et sous leur double voile, les salades ont gelés. Elles auraient été bonnes à récolter la semaine prochaine et la suivante. La perte, c’est 2 semaine de paniers pour deux AMAPs quand même. Le reste a à priori survécu, mais il faudra attendre quelques jours être sûr que ça ne soit pas cuit.

Aujourd’hui, on a ramassé toutes les betteraves. Comme c’est une culture ratée (j’y reviendrai) il n’y en avait pas beaucoup et c’était un truc qu’on pouvait faire rapidement. Des légumes encore dehors, c’était ce qui craignait le plus le froid, malgré les voiles de forçage. Idéalement, il faudrait aussi ramasser et remiser les navets et les carottes. Mais d’une part, on a pas du tout le temps de faire ça, d’autre part, pas la place.

Après ça, on a commencé à arracher tous ce qui restait des poireaux d’automne (variété Ardea qui normalement peut faire office de poireaux de début d’hiver -décembre quoi-). Bon, là on a fait un peu n’importe quoi : comme le sol était trop gelé on qu’on galérait pour bêcher, on a eu la lumineuse idée (collégiale je tiens à le signaler) d’arroser pour que ça dégèle. Ca a permis de vérifier que le système d’irrigation n’était pas gelé certes, mais bon, on a arrêté quand on s’est rendu compte que ce qui retombait par terre faisait un bruit cristallin de grêle…

Heum…

Eh ben, laissez-moi vous dire que bêcher un sol gelé c’est pas du tout intéressant. Et dire qu’il faut finir demain, et ensuite éplucher des poireaux glacés pendant DES HEURES ! Et dire que pour récolter les carottes ça va être pareil !

Bon, je rigole, je rigole, mais le risque est que la production risque de s’arrêter bien plus tôt que prévu car tout aura gelé. Il faut aussi se rendre compte que le temps est vraiment horrible pour les plantes. OK, après les nuits glaciales il fait un beau soleil, c’est chouette. Mais, voilà ce qui se passe pour les cellules des plantes : les cellules pleines d’eau gèlent. Pour s’en sortir sans trop de dommage, il faut qu’ensuite elles dégèlent tranquillement pour que les parois des cellules restent élastiques. Ca fait comme un ballon de baudruche qu’on gonfle (gel) et qu’on dégonfle (dégel). Si le soleil se pointe tout de suite après la nuit, le dégel est trop rapide ça fait un choc thermique et PAF ! la cellule éclate. Après ça, la pauvre cellule, faut plus rien lui demander hein.

Et avec tout ça, nous on a toujours pas de neige, et ça, c’est vraiment dégueulasse.

(MISE À JOUR DU LENDEMAIN DANS LES COM)

  10 Responses to “Le froid”

  1. une vraie fin d’automne de m… pour les fermiers

  2. la Sarthe, ça vous gagne.

  3. J’ai mes réponses et je constate qu’effectivement l’hiver, avec un grand “H”, perturbe le déroulement logique de la nature. Si vous aviez de la neige en sus, les températures seraient au-dessus de 0° et vos légumes ne gèleraient pas. Cette période glaciale est en avance de 2 voire 3 mois, ce qui explique le réchauffement galopant de notre planète. Pour nous autres particuliers, les voiles de protection proposés dans les jardineries sont inefficaces et les plantations sensées être protégées, sont cuites à l’arrivée du printemps. Alors pour des protections plus importantes, même avec vos bâches de forçage, quant le sol est gelé, il reste gelé. Bon courage pour vos épluchages et sauvegardes, s’il en est possible, de vos légumes en cours.

  4. Bon chez nous il neige depuis hier soir, nous avons environ 30cm en ce moment et ça continu à tomber. Du jamais vu début décembre même à Annecy, bises et bon courage.

  5. Oui trop d’avance dans ces fortes gelées qui arrivent vraiment plus tard quand y’a plus rien dans les champs. On a doublé les voiles de forcageet on a même couvert les panais. Je pense qu’on pourrait aussi couvrir les poireaux.
    ceux ramassés hier ont gelé dans la serre, impossible à éplucher ce matin, il a fallu les faire dégeler au radiateur dans le garage, et ça n’a pas suffit. Et on a eu beaucoup de mal à arracher les derniers poireaux d’automne. Excessivement de pertes. Ceux qui sont dans un sol plus argileux que nous sont encore plus à plaindre : avec les gel/degel, le sol va de compacter/décompacter et casser tout ce qui se trouve encore en terre. le poireaux et la carotte vont être chers cet hiver !
    heureusement, les carottes et navet sous leur double voile sont encore suffisamment au chaud, et on peut bêcher le sol.

  6. bon courage à vous et aux petites cellules .
    atchoummmmmmmm

  7. Vous la purgez pas pour l’hiver, votre tuyauterie ?

  8. ben, si c’est bien ce que je dis je crois. sauf que j’ai été prise de court et puis que j’ai encore besoin d’arroser.

  9. Nous pensons bien à vous et aux légumes!
    Bon courage

  10. Je ne savais pas (je suis une ignorante professionnelle) qu’il vaut mieux qu’il neige, mais je savais par contre que les gelées c’est la pire des choses pour les pauvres plantes et légumes. Ici il y a un type de gelée qu’on appelle noire et qui surgit avec l’humidité ambiante très basse, ce qui provoque une nécrose des tissus des plantes (elles deviennent noires, of course) et aggrave l’intensité des dommages qui seraient plus petits avec une humidité plus élevée (merci Wikipedia).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :