Résultats de recherche : patates douces

Sep 182017
 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici les rendements des patates (les patates douces n’ont pas encore été pesées)

Un très grad merci à Anne-Laure, Leilou et Tilin, Yoan, Louise et Théo, Anne et Lola, Aline, Stef, Léon et César, Priscille, Milo et Tom, Fabrice, Jane et Alice, Annie, Anne, Dany et Éric, Françoise et Alain, Cyril, Laurent, Vincent, Bernard, Valérie et Bernard et Claire.

Lot 3 kg de patates douces

 
Nov 232016
 

Raphaëlle nous propose une recette de velouté de patates douces :

Ingrédients : 

  • 800 g de patate douce
  • 2 carottes
  • 1 oignon
  • 1 échalote
  • 1 gousse d’ail
  • 1 L d’eau
  • 2 cubes de bouillon de légumes
  • 150 g de fromage de chèvre frais
  • à discrétion poivre, sel
  • 1 c. à soupe de Curry en poudre
  • 10 g d’huile
Préparation : 
  1. Couper l’oignon, l’échalote et l’ail en deux et les mixer
  2. Les saisir avec l’huile et le curry
  3. Ajouter l’eau, les cubes de bouillon et faire cuire 10-15 min à partir de l’ébullition
  4. Pendant ce temps éplucher et tailler la patate douce en cube et les carottes en rondelles
  5. Lorsque le bouillon est prêt, ajouter les légumes et faire cuire 15 minutes
  6. Mixer après cuisson
  7. Ajouter le fromage frais en morceau et le laisser fondre
  8. Mixer à nouveau et servir.
Merci Raphaëlle !
Oct 242016
 

(Merci à Christina, Nicole, Marie et Gwen pour nous avoir délivré leur recettes).

 

J’ai mis la patate douce à mijoter en complément  dans notre “boeuf carottes”, c’était réussi. J’ai épluché la patate douce comme je le fais pour la butternut, au rasoir à légumes. C’est plus facile pour la patate douce d’ailleurs. Un morceau de paleron doré au fond de la sauteuse, oignon rissolé, carottes en rondelle, dés de patate douce, clou de girofle, persil, quatre épices, bouquet garni si on veut. Couvrir avec un peu de bouillon, laisser mijoter à couvert. (Nicole)

Les patates douces étaient énormes et délicieuses. Je les ai préparées avec du fenouil en cocotte, un délice ! (Marie)

Pour les patates douces, petite ‘recette’ (si on peut dire!) toute simple : Les piquer à la fourchette, les faire rôtir au four et les servir telles quelles en faisant fondre du beurre salé dessus… j’adore !!! (Gwen)

Pour les patates douces, à Madagascar, on les mange pour le goûter, comme le manioc soit faire cuire, et le manger tel quel ou avec du lait concentré + lait. (Oui on aime manger sucré  🙂 )  (Christina)

Oct 142016
 

Super rapide et 10 fois moins pénible la récolte avec les AMAPiens disponibles cet après-midi. En 1 heure, c’était réglé !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci à Cindy, Christelle, Stéphane, Laurent, Nicole, Éric et Mme C.

Oct 032016
 

Quelques années après notre première récolte de patates douces, nous y voici à nouveau :

img_1776

img_1757

une partie du champs ! on en a 16 fois plus que lors de notre essai de 2012. Bon à savoir les feuilles des patates douces peuvent servir de fourrage (les biquets en sont friands !)

Pour le moment, ce n’est pas possible de faire un bilan de la récolte, l’état des plants semblent trop variable selon les endroits du champs. Mais pour 25 pieds arrachés on a récolté environ 20 kg.

Globalement, la forme est plus régulière et homogènes qu’en 2013, ce qui est un plus non négligeable ! Voici ce qu’on a récolté, sur le même plant :

Il faut parfois y aller à la bêche pour récolter les patates qui sont très enfoncées dans le sol. Si on tire dessus, on finit par les casser.

img_1764

Hopey vérifie qu’il ne reste rien

Mais tout de même on trouve encore de belle formes incongrues :

Patates douces

 
Mai 102016
 

Nous en avions déjà fait un peu en test en 2012, et faute de plants bio disponibles, on avait arrêté. Mais cette année, il y a plusieurs fournisseurs de plants bio et on a donc remis ça : la culture de patates douces (assez facile, bons rendements, et puis c’est bon, si bon que ça attire les souris…)

On a reçu les plants en plaques alvéolées en fin de semaine dernière, et on les a plantées, aujourd’hui même, après que Fred nous eût préparé des buttes en y incorporant du tourteau de ricin : ce dernier est sensé faire fuir les rongeurs, qui ADORENT les patates douces (je pense que c’est ce qu’il préfèrent, c’est dire).

J’en parle tous les ans, je sais bien et sûrement pour dire plus ou moins la même chose, mais c’est un des gros chantiers de la saison, et on est bien contente quand il est passé : 1/3 d’arrosage de semis en moins (et quand on sait que l’arrosage des semis peut nous prendre 3/4 d’heure, on comprend), on y voit un peu plus clair dans la serre de semis qui commence enfin à se ranger, et puis surtout à la fin de la journée, la plantation est finie ! Et puis une plantation de faite, ça veut dire qu’on s’approche de plus en plus de la période bénie de l’année où on ne fera plus que des récoltes à profusion le matin et du desherbage de carottes l’après-midi, en tong et en short, au soleil.

Mais je m’égare.

Donc après les patates douces, nous voici à planter les courges. En excellente compagnie !

IMG_0378

(là on n’en voit qu’1 sur 4)

Quand tout à coup… il commence à pleuvoir. À GRAVE PLEUVOIR  ! ni une, ni 2 on s’est regardé, y’en a une qui a dit ce que l’autre pensait très fort “on va ramasser les patates ?” et ouste ! on a tout laissé en plan(t) et on s’est réfugié dans la serre. On a bien fait plutôt que de se prendre 10 mm d’un coup sur la tête.

IMG_0381

Après notre bien belle récolte de patates (et la pause déjeuner au milieu), retour dans les champs, la pluie s’étant opinément arrêtée.

On a donc :

103 potimarrons Green Hokkaido

131 potimarrons Red Kuri

18 Patidous

7 courges Spaghetti

140 potimarrons Blue Ballet

13 courges Pommes d’or

150 potimarrons Uchiki Kuri

129 courges Butternut.

Ce fût fait et bien fait en quelques heures, finalement, et on a fini la journée en rangeant et en désherbant parce qu’une bonne journée ne peut être sans desherbage, qu’on se le dise. J’attends d’ailleurs dans les commentaires le plus beau slogan pour la team du sarcloir 😉

Oct 222012
 

Il y a quelques semaines, je vous proposais de reconnaître ce légume :

Comme l’avait trouvé Alexandre, il s’agissait bien d’une patate douce, et même d’un “beau bébé” de plus d’1,5 kg qu’il a remporté.

La patate douce (Ipomoea batatas), nous apprends wikipedia, est “(..)  une plante vivace de la famille des Convolvulacées (la famille du liseron) largement cultivée dans les régions tropicales et subtropicales pour ses tubercules comestibles”.

Pourtant, je vous jure que celles-ci ont bien poussé dans la Sarthe, depuis le mois d’avril. Voici comment nous avons procédé :

  • Au mois d’avril (quand il n’y a plus de risque de gelées), après réception des tiges que nous avons achetées, nous avons plantés ces tiges en pot pour faire partir le plant (bouturage),
  • Au mois de juin, dans un sol bien fumé et drainant, nous avons planté 10 plants de chaque variété (beauregard, T65 et georgia),
  • Ensuite, il faut espérer avoir un temps plutôt chaud (un temps normal d’été en fait) et bien irriguer la plantation : il faut en somme reproduire les conditions tropicales,
  • Fin septembre, on peut récolter : il faut ensuite les conserver au frais (15°-18°C) et en milieu pas trop sec,
  • On peut reproduire les plants en faisant germer les tubercules et en replantant la tige comme nous avons fait, ou en plantant un morceau de tubercule.
Cette année, nous avons récolté plus de 13 kg de la variété  T65, qui était en haut de la parcelle. C’est un rendement (1,3kg / plante) qui me convient tout à fait, même si je ne connais pas ceux attendus. C’est une culture facile à conduire, qui demande peu de désherbage car le feuillage est très couvrant. On peut le donner en fourrage aux animaux, et je peux vous dire que bien que sarthois de naissance, tous les animaux se sont jetés dessus sans en laisser une miette !
Les autres variétés ont moins produit, mais aussi parce qu’une grande partie des tubercules a été dévorée par les rongeurs ! Il faut dire, un truc bien sucré et calorique servis à leurs pattes, je comprends qu’ils n’aient pas cherché à résister…
Cette année, nous allons tout garder pour nous et goûter chaque variété pour voir laquelle est la plus intéressante ; et surtout refaire du plant en quantité (c’est très cher à l’achat) pour pouvoir en mettre dans les paniers en 2013 (je l’espère).
Pour l’instant nous en avons mangé en brandade avec de la julienne et du zeste d’orange; Délicieux !
Nov 272017
 

(Principe des rotations dans cet article)

Depuis 2010, à notre arrivée (ordre chronologique inversé) :

En 2018 :

Suite aux discussions d’AG d’AMAP, on a décidé d’arrêter les brocolis dont le prix de revient était dément et de faire un peu plus de choux fleurs.

Grosse révolution dans la gestion théorique des rotations : comme pour celles des serres, j’ai regroupé les cultures par bloc de 10-14 planches ce qui correspond au nombre de planches moyen par “champs” ou demi-champs. Le code couleur correspond à la famille de légumes dominante dans le lot. Même couleur = même famille dominante. En théorie, il n’y aura plus qu’à faire glisser les blocs sur mon plan de ferme.

En 2017 :

Suite aux discussions d’AG d’AMAP, on a décidé d’arrêter les salsifis pour les paniers et de n’en faire que pour les commandes et la boutique en ligne. Soit 1 planche au lieu de 3 ce qui libère de la place pour les patates douces qui ont trouvé un très, très grand succès : on va doubler leur surface. On devait continuer les épinards, mais sous serre uniquement au printemps (en reflexion pour l’automne, dehors) ; malheureusement le temps de monter la nouvelle serre dans laquelle ils devaient être semés, et le temps de semer est passé. Ce sera pour 2018 !

2017

En 2016 :

on a choisit d’arrêter de produire des patates de conservation pour libérer de l’espace dans les champs : ainsi, on peut produire plus d’autres légumes (plus de variétés, par exemple les patates douces, et plus de certains légumes qu’on faisait déjà) et faire des rotations plus faciles.

Rotation-20162016

Rotations 2015 :

Rotation-20152015

Rotations 2014 :

Nous avons amendé le sol très fortement en 2013 avec beaucoup de fumier, du calcaire et du magnésium. On a vu que ça payait !

En 2014, je continue de tourner, mais avec un peu plus de souplesse grâce à cette amélioration apportée. J’ose les choux sur la parcelle de sable pauvre, alors que je ne pensais pas pouvoir même y songer ! C’est peut-être un pari, mais on verra.

La seule contrainte a été de bien penser ce qui allait succéder aux parcelles “sales” (les courges 2013 étaient quand même pas mal enherbées). J’espérais faire des carottes à la suite, ce sera finalement des betteraves, très simple à désherber et surtout plus tardive à implanter donc qui permettent de faire des faux semis en amont. Et donc, des choux dont le désherbage est encore plus simple pour l’autre parcelle ayant contenu des courges.

(Ben va être soulagé que les fraises aient bougé)

Rotation-20142014

Pour 2013 :

L’expérience aidant, je rajoute la difficulté de regrouper ensemble les cultures qui s’arrosent de la même façon (sol ou aérien) pour optimiser le placement du matériel et surtout pour éviter que les légumes qui ne doivent pas être mouillés en partie aérienne (évite les moisissures) ne se retrouvent à côté d’une rampe d’arroseurs :

Rotation-20132013  ce qu’on avait prévu

(J’attends que le technicien approuve ce plan, mais je le trouve pas trop mal, au vu de l’historique. EDIT : rotations 2013 approuvées).

EDIT DE MAI 2013

Finalement, vu les difficultés de production de tout ce début d’année, plusieurs choses ont d’ores et déjà pas mal bougé, et puis, en plus, on s’est rendu compte que par endroit je m’étais carrément plantée sur le nombre de planches disponibles. J’ai donc refait un plan correct avec le bon nombre de planches et l’ai modifié en fonction des éléments suivants :

  • mauvaise levée des oignons >> 2 planches au lieu de 5 prévues >> 3 planches disponibles
  • mauvaise levée des choux fleurs >> 1/2 planche au lieu de 2 prévues >> 1 planches disponible
  • parcelle pour choux chinois et épinards non accessible à l’époque prévue de la plantation >> choux chinois et épinards déplacés, remplacés par bettes (qui se plantent plus tard, quand ça avait un peu séché)
  • épinards/mesclun débarrassés (c’est normal mais je n’y avais pas pensé) >> cultures à la suite
  • choux d’hiver et choux fleurs hiver déplacés, pour laissé place aux carottes
  • cultures supplémentaires de betterave de printemps
  • planches supplémentaires de brocolis (peut-être) choux d’hiver
  • j’avais complètement oublié les navets pour cet hiver (hem hem)

Voilà donc le plan 2013 définitif (enfin, j’espère)

Rotation-2013plan réalisé (mai 2013)

Comme on voit c’est pas évident de suivre des rotations correctes (encore moins idéales) : un problème dans une culture peut le remettre en cause.

Rotations 2012 :2012

Rotation 2011 : 

2011

Rotation année 1, 2010 : 

(je me suis pas trop foulée pour le schéma on voit bien)

 

2010

 

%d blogueurs aiment cette page :