Fév 292012
 

Aujourd’hui, le 28 février 2012.

Depuis l’épisode de grand froid neigeux, on turbine pour rattraper le retard. Les semis ont été remis à jour en deux semaine. On avance bien à trois, Aline, notre stagiaire et moi. La présence de la stagiaire et la nécessité d’avancer le travail, la perspective également de la saison qui va recommencer m’oblige à passer plus du temps dehors, et donc à me lever plus tôt ! Eh ben, c’est sacrément pénible.

Bref, aujourd’hui encore, grosse journée. Idéale car on a bien travaillé, sans rencontrer aucun souci (c’est pas évident, on a eu deux semaines consécutives de divers désagréments et évènements qui ne nous ont pas facilité la tâche. Le moindre petit problème devient vite un gros souci quand on bosse d’arrache-pied sans répit et à flux tendu !).

V. et moi avons commencé ce matin par nourrir la chatte qui s’incruste préparer les légumes pour l’AMAP de ce soir : au menu poireaux, carottes, pommes de terre et panais. J’ai passé 1/2 heure à trier les échalotes que je destinais aux gros paniers à 15€ pour finir par oublier de les mettre dans le camion ! J’ai dû improviser sur place et remplacer les échalotes par un supplément des autres légumes. Pendant ce temps, V. dégermait les pommes de terre. En effet, en bio, pas d’anti-germinatif ! Les pommes de terre stockées depuis septembre finissent par germer plus ou moins et plus ou moins tôt selon les variétés et il n’y a rien d’autre à faire qu’à les dégermer à la main : cela ne nuit pas à la qualité gustative du légume, et on en profite pour trier ce qui n’est plus bon à manger ou tout simplement plus présentable.

Bon en même temps, on a fini un semis de petits pois, commencé la semaine dernière et interrompu pour cause de manque de graines qu’il a fallu recommandées.

Après ce démarrage sur les chapeaux de roue, Aline est arrivée. Tandis que V. se lançait dans la récolte de poireaux (585 en tout pour compléter les 700 épluchés la veille), j’ai rangé quelques filets de protection et Aline s’est occupée d’épandre l’engrais de fond et l’engrais NPK à l’emplacement des futures échalotes.

Nous avons ensuite rejoins V. pour finir la récolte des poireaux et les éplucher : il nous en faut environ 100 kg pour cette semaine (85 paniers + le marché), ce qui fait environ 1200 poireaux à récolter et éplucher ! (ils ne sont en effet pas très gros…).

Je me suis octroyée une petite pause pour arroser tous nos semis de deux semaines. On fait ça à l’arrosoir, c’est un peu fastidieux. J’en ai profiter pour prendre quelques photos :

des terrines (^^) de poivrons en 1er plan, et de tomates qui commencent à germer en 2nd. On les a semés la semaine dernière, ils sont sur bac chauffant.

des épinards en veux-tu en voilà, âgés de deux semaines

3 séries de salades, semées tous les 10 jours : le plus vieux semis devant

deux séries de petits pois pour la serre : à droite, ceux semés avant le gros froid il y a 1 mois et à gauche ceux semés il y a deux semaines

L’épluchage des poireaux a encore duré jusqu’à la pause déjeuné, et nous n’avons pas encore fini. Il en reste quelques un pour se mettre en jambe demain matin.

Pendant ce temps, Fred continuait la fabrication du deuxième bac chauffant qu’Aline et V. avaient entamée la semaine dernière, admirez :

Le sable recouvre des plaques de polystyrène qui permettent d’isoler le bac. Le sable sera humidifier afin que la chaleur se propage bien sur tout la surface du bac. Le câble rouge est une résistance. Le tout va être recouvert de la bâche noire et ressemblera comme deux gouttes d’eau au premier bac :

Un thermostat permet de contrôler la température à l’intérieur du bac. La nuit, ou les jours de froid et sans soleil, on laisse recouvert de la bâche.

Je vous laisse deviner lequel des deux bac est le plus chaud… 

L’après-midi, je recevais le contrôleur d’ECOCERT pour le contrôle annuel de l’exploitation qui me permet d’avoir la certification “agriculture biologique”. Audit passé sans souci et avec succès. Rien de notable sauf que ça prend du temps sur du travail de production.

Fred faisait de la tronçonneuse dans tous les sens et Aline et V. récoltaient des carottes et des panais en série.

À 16:30, branle-bas de combat, il faut se préparer pour aller distribuer les légumes à l’AMAP de Changé. Quand on peut, on y va à deux, comme ce soir. Arrivés sur place, on décharge les caisse de légumes et avec les personnes de permanence, on pèse les légumes et on confectionne les paniers. Cette semaine était la dernière distribution pour cette AMAP avant l’arrêt hivernal : on fait un arrêt des paniers de 6 semaines, prévu dans le contrat, pendant la période où il n’y presque plus de légumes d’hiver et pas encore de légumes de printemps. J’ai donc prévu plus de légumes que d’habitude (1,5 panier environ) pour que chacun profite un peu plus longtemps des légumes.

Rentrés à la maison, je me suis mise au boulot de chef : faire le bilan de la journée, préparer celle de demain, divers courrier, diverses autres planifications pour les semaines à venir, lire et répondre aux mails.

Idéalement, il aurait fallu que je fasse une bonne heure d’étirements pour me détendre, éviter les TMS et autres problèmes de santé à long terme et rester toujours aussi souple. Bon, je manque de temps, ça m’agace. (les filles ! J’espère que vous les faites hein !)

Temps de travail pour aujourd’hui 

Préparation des légumes de l’AMAP : 1h45

Semis de petits pois et installation de l’irrigation : 1h

Épandage de l’engrais : 3/4h

Irrigation des semis : 1/2h

Irrigation des serres : 1/4 h

Récolte et préparation des poireaux : 6h30

Récolte des carottes : 1h30

Récolte des panais : 2h

Installation du bac chauffant (en partie) : 3h00

Entretien : 2h00

Rangements divers : 3/4h

Vente (AMAP) : 2h1/4 (dont 1h de trajet AR)

Travail “administraitif” : 5h00 (dont 2h00 avec ECOCERT)

Total :

18 heures réparties sur 3 personnes (Aline, V. et moi)

5 heures pour Fred (qui assure tout le boulot à la maison en plus)

2h1/4 de vente pour laquelle on s’est déplacée à 2 (c’est plus fun hein)

2 heures de boulot de chef d’entreprise pour moi

 

Une bonne journée de travail de 10 heures, et c’est encore l’hiver…

  7 Responses to “Un jour au hasard”

  1. Merci pour toutes ces nouvelles ! Quel courage d’écrire un texte si détaillé !
    Nous sommes nouvellement amapiens et nous sommes impressionné par le goût incomparable des légumes.
    Grâce à votre travail nous nous régalons chaque semaine et c’est avec plaisir que mon mari et moi rivalisons d’imaginassions pour les cuisiner !
    Nous vous envoyons 1,20 de notre énergie, 1,00 d’humour en vrac et 1,00 de bonne humeur pour la suite des cultures !
    A bientôt.
    Naturellement.
    Paul, Eliot, Elo et Fred HENGY

  2. Bon je vois que ça pousse bien, mais c’est qui ce chat?

    Bises

  3. La famille Hengy >> merci beaucoup pour ce retour ! Ca me fait très plaisir, et à Fred et Aline aussi. C’est très bien si vous inventez de nouvelles recettes et de nouvelles façons d’accommoder les légumes, et il ne faut pas hésiter à faire part de vos recettes !
    Merci pour vos encouragements, ça permet d’avancer quand on a des coups de fatigue !
    Tonton >> c’est la fameuse chasseuse de lapin, celle qui s’incruste et que je nourris dehors -mais elle rend bien des services-. T’inquiète, elle ne rentre pas dans la maison, elle a bien compris que c’était réservé à Lilou.

  4. Quelle journée
    Et surtout ne pas oublier les étirements !

  5. Un travail de titan!! chapeau , bon courage a vous et c’est agréable de lire vos journées, ça devient plus concret!:)

  6. Priscille > Trèèèèès important !
    Jerry > vous ici ? merci FB ^^ Merci pour tes encouragements et au plaisir de te voir (là ça sera vraiment concret…)

  7. Les bacs chauffants ont l’air très confortables! Hein Melle la chasseuse de lapins!
    Par contre pas touche aux terrines de semis!
    Bon courage à tous…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :