Août 102017
 

Je m’étais donnée le challenge de créer durant l’été des “rotations perpétuelles” juste pour les serres (c’est plus facile) ; c’est à dire faire les plans jusqu’à la fin de temps en année 1 ; année 2 ; année 3 …. et cycliquement.

C’est chose faite après quelques tortures de mes méninges. Je voulais également regrouper au plus possible les familles de légumes pour n’avoir qu’à “glisser” les cultures d’une année sur l’autre.

Couleurs par familles :

bleu : chenopodiacées jaune : protéagineux
rouge : solananacées violet : cucurbitacées
vert clair : valérianacées vert foncé : asteracées (et aromates parce que c’était plus simple)
orange : ombellifères rose : crucifères (dominant pour le mesclun)

(pour les 4 années à venir. Je n’ai pas poursuivi mon glissement plus avant, mais il faut faire glisser les planches chaque année jusqu’à la 9ème suivante vers le bas (9 à cause du nombre de solanacées en été)

Configuration :

  • 6 serres / 22 planches de 36 à 40m
  • région France / Pays de la Loire / Sarthe
  • climat océanique dégradé
  • sol sableux réchauffant vite / sol très pauvre à petits rendements
  • commercialisation essentiellement en AMAP nécéssitant de pouvoir faire 100 paniers par semaine ; et 3*30 identiques
Juil 082017
 

Il fait trop chaud, le travail est pénible. Mais les légumes s’en sortent bien je crois. On n’a heureusement pas de retard dans les tâches saisonnières, donc on ne se sent pas débordé, même si le travail est intense. C’est confortable, de ne pas être débordé.

Les carottes d’hiver semées très récement ont eu beaucoup de mal à lever à cause des températures extrèmes. Ça se voit sur les photos.

Tour des champs au fil de la semaine…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juin 232017
 

Est-ce la chaleur suffocante ?

Est-ce l’absence d’eau depuis très longtemps ?

En tous cas, les fourmis ont faim et soif…

De façon exceptionnelle et jamais vue (enfin, chez nous en tous cas), elles s’attaquent aux pieds d’aubergine pour y boire :

Le bar (creusé par les fourmis)

Les piliers de comptoir


Une punaise opportuniste profite de la boisson à volonté. On n’est pas sectaire chez les fourmis, contrairement à ce qu’on pourrait croire d’une fourmilière.

Juin 052017
 

Aujourd’hui, lundi 8 juin, j’ai bossé avec Fred et Maggie.

On a commencé par planter la dernière série de concombres (130)

(on voit bien les 3 séries à 3 stades différents)

Puis on a récolté toutes les carottes pour demain et surtout pour faire de la place aux futurs melons.

Ensuite, on a planté 80 courgettes :

3ème série de courgettes de plein champ au premier plan devant les 2èmes et 1ères (on récolte ces dernières)

Ensuite chacun est parti de son côté. Je ne sais pas trop ce qu’à fait Fred le reste de la matinée, mais quant à moi, j’ai récolté 25 kg de courgettes, et 1 concombre. Puis, j’ai perdu le concombre pendant que je le stockais. Du coup, je lance un appel désepéré : WANTED 1 concombre, LE concombre du 5/06/17. Récompense : LE concombre.

Je me suis ensuite jetée à corps perdu dans la récolte des petits-pois. Jusqu’au déjeuner (petits-pois au menu, alors on peut se demander si j’ai vraiment eu une pause). Puis après le déjeuner. J’ai eu un gros moment d’angoisse quand, après une pause “eskimo au café”, je me suis demandée quels étaient les rangs que j’avais déjà récoltés (à cette heure-là, il m’en restait la moitié à faire, quand même…). Bilan 30 kg en 4:30, stockage et eskimo compris. Évidemment, j’étais seule le jour de la PIRE récolte, je crois que ça arrive tous les ans, et ce, de façon aléatoire malgré tout. C’est FOU !

Pendant ce temps là, Fred désherbait enfin ses fraises, et c’est beau ! Ça a dû être bien pénible et ça a surtout été presque aussi long que ma récolte de petits-pois.

Il a aussi entrepris de récolter toutes les larves de coccinelles qui trainaient dans les carottes pour les mettre dans les tomates qui ont un peu de pucerons, il faut bien le dire. 172 m’a t il dit, et ça quand même, c’est balèse (euh, coccinelles, pas pucerons). Et pif paf pouf, un peu de lutte bio grâce au insectes auxiliaires.

INTERLUDE : ENFIN Il PLEUT !!!!!!

Tant que j’y étais à faire un petit tour pour voir tout ce que Fred avait fait pendant que je vivais un enfer kafkaïen dans les petits-pois, je me suis rendue compte que …

tinlinnnnn !!!!

Et que vraiment les serres de tomates étaient bien jolies.

Et pendant ce temps là, Maggie, le chat le plus mignon du monde, avec des coeurs – coeurs dans les yeux a chopé au moins 3 lapins (matin – midi – soir). Que sa mère Mamita lui a scandaleusement volé. Et dévoré (tranquille, 3 lapins dans la journée et on se demande pourquoi elle est si grosse ?), à l’exception de 5 pattes et 2 queues que Hopey a réussi à lui arracher. Bravo Maggie. Ça aussi c’est de la lutte bio intégrée 😀


Heureusement, demain, Aline revient et Pierre aussi. Parce que là je suis morte.

Mai 232017
 

Aujourd’hui, plantations, désherbage à fond, préparation de l’AMAP de Changé et livraison. Du coup, vous trouverez ici le nouvel album en ligne de tout ça avec plein de légendes.

Avr 182017
 

Un nouvel album photo est en ligne, accessible en cliquant sur l’image ci-dessous. Les serres commencent à se remplir et les premiers légumes de printemps sont presque prêts !

La ferme est magnifique toute bien propre. C’est l’intérêt d’avoir un stagiaire : une force de travail en plus = du travail plus vite et mieux fait, et pas de retard !

Mar 082017
 

Quand on est rentré de vacances, je suis tombée devant ce miraculeux chantier !!

Une nouvelle serre !

(merci Aline et Pierre d’avoir si bien bossé, en toute sécurité 😉 ).

Du coup, il fallait mettre une bâche de serre. Et nous avons fait appel à notre équipe de choc particulière, les AMAPiens !

Faire des tranchées (2*40m), mettre une bâche, fixer la bâche, tout ça était prévu samedi dernier. Autant faire des tranchées ne posait pas de souci particulier (si ce n’est qu’à 15 c’st quand même plus facile qu’à 2), autant on ne pensait pas pouvoir mettre la bâche, avec la météo de la semaine dernière (10,5m * 40m dans la pluie et surtout le vent).

En tout cas, les tranchées avaient déjà été bien entamées par Fred, Stéphane et Malo le vendredi soir :

Et finies le samedi matin avec tout le restant de notre fière équipe :

Entre 10 heures et 11 heures du matin, ce samedi et inexplicablement, il n’y avait pas un brin de vent !! Incroyable.

Ce fût donc fait et parfaitement fait en 2 temps 3 mouvements, ou presque.

Et puis hop hop hop, vite, vite, vite, on a remis de la terre pour fixer et tendre la bâche, avant que le temps ne change (et je vous rappelle qu’il y a eu une tempête dans les heures qui ont suivi, c’est vraiment fou ce créneau horaire qu’on a eu !)

crédits photo @Éric

crédits photo @Éric

Après ces 2 petites heures de chantier titanesque, on range tout et on se prépare à l’apéro…

crédits photo @Éric

…apéro pendant lequel tout semble bien se passer pour la serre, la bâche et l’escabeau.

 

Et comme il restait du monde prévu pour l’après-midi, des AMAPiens, prêts à encore en découdre, on a creusé une tranchée pour prolonger le réseau d’irrigation.

Avec un petit pont de bois pour passer sur la tranchée avec nos brouettées de poireaux (ceux qu’on voit dans le fond)

Pendant ce temps là, Mamita…

Le surlendemain, après la tempête, tout va toujours très bien, madame la marquise…

…sauf pour ladite marquise Hopey, qui ne sait plus ni où ni qui ni qu’est-ce ni dans quel état j’erre et qui se retrouve à chouiner (oui oui oui…) en dehors de la serre, sous la pluie et dans le vent…

Merci à Thierry et Lynda, Magali et Joel, Stéphane et Malo, Françoise et Alain, Anne-Laure, Anthony, Jean-Christophe, Louis, Christophe, Élisabeth et Claude, Claire et Bernard, Éric, Florence, Stéphanie et Morgan, et bien sûr Pierre et Aline qui ont fait le plus gros du boulot.

Jan 182017
 

On a finit de rebâcher la serre de semis (enfin ! juste à temps) la semaine dernière après 4 après-midis de travail.

On a eu de la chance entre le début du chantier en 2016 et sa reprise, il n’y a pas eu de vent. Juste beaucoup de gel ce qui fait qu’on a dû attendre que nos tas de terre dégèlent pour pouvoir reprendre le chantier. Et par contre, c’est là qu’il s’est mis à faire du vent…

Voici en reportage photo

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bref, on a survécu, au froid au vent et aux courbatures, et Minette est heureuse dans sa nouvelle serre, bien ensoleillée.

Déc 202016
 

On a entrepris de changer la bâche de la serre de semis qui est nulle.

7:15 de boulot entre hier et aujourd’hui (à 2)

Hier on a démonté une barrière qui longeait la serre, on ne sait pas pourquoi :

Ce matin on a creusé ça 

En début d’après-midi on en était là  :

Et on a quand même enlevé l’équivalent de 3 brouettes de racines de fougères…

à 16:00, fin de journée, c’était près.

On a fait le plus dur, reste plus qu’à débâcher et rebâcher. Mais comme on aime bien les défis, on attend 2017 pour la faire la suite. Il faut juste qu’il n’y ait pas de vent d’ici le 3 janvier…

Nov 232016
 

Et désormais : les rotations perpétuelles ! (de 2017 jusqu’à la fin des temps)

(par ordre chronologie inversé de 2010 à 2017)

(mise à jour régulière)

printemps/ été 2017

Nouveauté en 2017 !! Une nouvelle serre pour 6 serres en tout et 1800m² total à peu près. En fait on n’a pas eu le temps de faire les épinards, la serre n’était pas finie de monter.

rotationserres-2016-2017

hiver 2016-2017

RotationSerres-2016été 2016

RotationSerres-2015-2automne-hiver 2015-2016

Serres-2015printemps-été 2015

RotationSerres-2014-2automne 2014 – hver 2015

RotationSerres-2014été 2014

RotationSerres-2013-2hiver 2013

RotationSerres-2013-1été 2013

RotationSerres-2012-2hiver 2012-2013

 
RotationSerres-2012-1 été 2012

RotationSerres-2011-2hiver 2011-2012

RotationSerres-2011-1été 2011

RotationSerres-2010-2hiver 2010 – 2011

RotationSerres-2010-1été 2010

Comme on voit, c’est pas facile de faire de bonnes rotations dans les serres. À partir de 2013, pour cette raison, j’ai décidé de faire les petits pois exclusivement à l’extérieur. Je gagne en place et en rotation, ce que je perds en précocité. C’est mieux pour le sol, même si les petits pois ont un intérêt certain en tête de rotation (protéagineux, donc nourrissent le sol en azote avec l’azote de l’air, l’azote étant l’engrais principal pour les légumes). De ce fait, je peux faire en 2013, 2 planches de courgettes sous serre au lieu d’1, j’ai le temps de passer les cultures les unes derrière les autres (c’est un peu chaud, mais ça passe, alors qu’avant je devais débarrasser des cultures qui auraient encore pu produire pour placer les suivantes), et je peux améliorer petit à petit le sol en insérant des engrais verts dans la rotation : ils peuvent se placer à un moment plus intéressant, d’un point de vu de la demande en place que les petits pois du mois d’avril/mai.

EDIT !!! avec la nouvelle serre en 2017, on peut refaire des petits pois et des épinards sous serre ! Et hop on regagne de la précocité :-). En plus on fait une planche de carotte primeur de plus et ça va être bien confortable.

%d blogueurs aiment cette page :