Juil 252016
 

L’agriculture bio ? Une valeur sûre et approuvée !

Après les chenilles, les lapins, les souris souris diverses et variées, les papillons, les mouches, les pucerons, les punaises, et même les chats et les champignons, les pies se régalent de nos bons légumes bio

160725-tomatesVsPie-Small

la pie, pas bête du tout, préfère les variétés anciennes, mûres à point… (elle dédaigne la variété ronde classique dès que la Cornue des Andes est mûre).

Mai 192016
 

Les épinards, ça n’a jamais très bien fonctionné sur notre sol hyper pauvre (c’est très éxigeant, comme la plupart des feuilles mais encore plus). On a même arrêté d’en faire quelques années, et puis à force de “remonter” notre sol, on a retenté cette année. C’était mal parti (mauvais semis), puis finalement ça se présentait bien, avec même de très bonnes récoltes depuis 10 jours, j’en étais bien la première étonnée, et Aline en était presque à aimer s’occuper des épinards (alors qu’on a vraiment une expérience POURRIE avec eux, et qu’il y a de quoi aller à reculons dans le champ).

Bref, hier encore, après une récolte anthologique mardi, je les trouvais super beaux et me réjouissais de la récolte d’aujourd’hui qui allait être facile et abondante.

Las ! Voilà à quoi ressemblait les 250 m2 d’épinards ce matin au moment de la récolte :

Epinards

On voit nettement sur cette photo des crocs de rongeurs (ou de chat, va savoir, elles sont tellement affamées, les pauuuuuuvres) mais ça ce n’est pas vraiment un problème, il n’y a que quelques feuilles touchées. Non le problème c’est bien toutes ces tâches blanches.

Ce matin, dans l’urgence du boulot à faire, j’ai cru que c’était l’oidium (ça poourrait vu les conditions météo dernièrement) ; mais à la réflexion ce n’est pas ça. On s’est creusé la tête avec Fred et on a pensé à plusieurs hypothèses (et aucune solution) :

  • un grignotage de la surface des feuilles en dessus et dessous par une limace ? → NON Aucune limace à l’horizon
  • la même chose par un acarien ? → il y a bien des acariens sous les feuilles mais comment expliquer que tous se soient mis à grignoter en l’espace de 24 heures les 250 m2 d’épinards ? Impossible à croire
  • ça ressemble à des traces mécaniques (les crocs en font partie) qui auraient pu être également produites par la pluie très forte d’hier → comment expliqué que les épinards du mesclun n’en porte aucune ? Et même si le phénomène météo avait été hyper localisé, il ne peut l’être au point que les salades à moins de 10m soient tout à fait indemnes (et heureusement) ni les patates et tomates du jardin de Milo qui jouxtent les épinards.

Pas de réponse finalement (ou pas encore du moins) mais on a bien et bien fini la récolte des épinards. Pouf comme ça du jour au lendemain.

La vie de maraîchère ça peut vite faire passer de l’euphorie à la déception la plus totale !

Avr 072016
 

Beaucoup trop de lapins qui font beaucoup trop de dégâts, (déchirer les voiles de protection pour creuse un terrier, faire des trous partout, se servir largement dans les production) mais spécialement dans les petits-pois qui se font grignoter au fur et à mesure qu’ils poussent.

Du coup, Fred a installer une clôture électrique pour les protéger.

IMG_9991

IMG_9992

Juin 202015
 

C’est quand les hannetons sortent de terre pour s’envoler (merci à mon cousin pour la leçon d’entomologie).

On a vu une multitude de trous se former jeudi, et les premiers hannetons volants autour du bouleau (ils sont toujours là) hier soir.

IMG_7532

hanneton de la St Jean (Amphimalion solstitialis), à l’heure du solstice ou presque, c’est génial.

(il n’a pas vraiment été maltraité hein, mais il me fallait VRAIMENT étudier d’où venait cette légende urbaine du hanneton râleur)

 eh bien, c’est clair, les hannetons, faut pas les chercher. à la fin, sinon, tu te prends une bonne roustre.

Mar 112015
 

Même si les souris et autres petits rongeurs ont occasionné beaucoup de dégâts dans les culture cette année (ce qui risque d’empirer, avec un second hiver très doux et les lapins qui ont eux aussi proliféré, alors que Chat Gris notre chasseur impartial, lui, s’est fait tué) ; c’est tellement mignon qu’on ne peut pas leur en vouloir (d’ailleurs Minette ne leur en veut pas du tout et c’est aussi un problème).

IMG_6548délogé pendantla récolte des topinambours

IMG_6551

IMG_6552gardien de topinambour

IMG_6556tentative ultime pour se cacher, en attendant le retour de sa mère.

Juin 032014
 

C’est, hélas, un ravageur quand elle passe dans les champs, mais dans le jardin, à manger les pruniers, c’est plutôt émouvant.

IMG_4585

IMG_4591

IMG_4593

Elle a fini par s’enfuir quand même, plutôt mécontente qu’apeurée. Ca fait un gros boucan !

Avr 302014
 

Lundi de Pâques.

ATTAQUE DE LIMACES DANS LES CÉLERIS !

IMG_4289avant

IMG_4285après

On n’a jamais eu vraiment de problème avec les limaces ici, avec ce sol sableux si asséchant. Ces bestioles ont besoin d’humidité pour survivre. Mais après 2 années bien pluvieuses, elles sont maintenant bien en place.

Pas motivée pour deux sous de ramasser des limaces un jour férié après avoir travaillé toute la matinée et alors que j’avais prévu de faire la sieste des papiers l’après-midi, j’appelle les neveux pour venir m’aider (et me forcer un peu). Le grand n’en a rien à fiche mais le petit est méga motivé. Rendez-vous pris à 14:30 pour leur faire un sort.

À 13:30 :

“Allo Tata ? Est-ce que je peux venir tout de suite pour ramasser les limaces ?” (avec 1 heure d’avance, donc)

“Oui si tu veux”

“OUAIIIIIIIIIS, OUAIIIIIS, elle a dit oui !!!” *hurlements de la foule en délire*

Bref, après ça, le ramassage des limaces, c’est l’fun assuré.

IMG_4288

 

IMG_4294quand même

Fred ramassera à nouveau une quarantaine de limace le soir même et Aline et moi autant le lendemain matin.

Depuis ça a eu l’air de les calmer, mais une des 3 planches de céleris à été ravagée d’un bon tiers.

IMG_4299une planche qui a résisté à l’attaque (et qui a été bien désherbée, on peut le noter)

IMG_4300la planche du front des limaces… Bien éclaircie. (mais aussi très bien désherbée)

Juil 262013
 

Bon, on CROULE littéralement sous les haricots, alors ce n’est pas si grave, et puis surtout, j’en ai plus qu’assez de passer parfois (quand je suis seule, donc au moins 1 fois sur les 3 récoltes de la semaine) 4 heures sous cette chaleur écrasante à récolter des haricots, mais quand même on va devoir arrêter tout simplement de récolter cette série car elle est envahie par les aleurodes.

On aurait dû pouvoir encore récolter une trentaine de kilo, mais maintenant, presque tous les haricots présentent les piqûres et les tâches qu’on voit là :

aleurodes

Je ne suis pas sûre sûre que ce sont vraiment des piqûres d’aleurodes car la seul docu que j’ai trouvé à ce sujet concernent des feuilles et pas des fruits, mais ce qui est sûr c’est qu’il y a bien une quantité phénoménale d’aleurodes dans les haricots, ces minuscules “mouches” blanches qui “s’envolent rapidement lorsque (…elles sont…) dérangés“. (Et qui m’ont sauté au visage pendant des heures, oui ! Ca sur la sueur et la peau qui poisse, merci ! J’avais l’impression d’être dévorée).

Ceci étant, la décoloration entourant la piqûre correspond aux descriptions pour les piqûres sur feuille, donc mon cher Watson, j’en déduit que c’est bien ça, d’autant que les conditions de leur prolifération ressemblent comme deux gouttes d’eau aux conditions météo actuelles : “Les aleurodes se multiplient plus rapidement et sont plus actifs lorsque les températures sont chaudes” (oui, merci, j’ai bien remarqué).

Tout ça pour dire : pas de haricots la semaine prochaine (YOUPI !!) et jusqu’à ce que la dernière série donne.

Jan 182013
 

Quelques éléments de techniques culturales qui ne remplaceront jamais l’expérience et l’apprentissage. Bon, faut pas se leurrer, ça ne suffit pas hein, même si les conditions météo sont optimum et que vous ne rencontrez aucun problème. Mais ça sert de base de réflexion.

Semis, organisation :

À savoir : dans les catalogues de semenciers, il y a toujours des conseils de culture et des indications sur les caractéristiques des semences.

Voir aussi les conseils de semis/plantations dans l’article “organisation – technique“.

 

Itinéraires de cultures : 

Il existe d’autres documents en ligne. Ceux là sont les plus complets que j’ai trouvé et dont je me suis servie. Mais je n’aurais pas fait grand chose sans Michel qui m’a énormément appris, les voisins du Grillon qui ne sont pas avares de conseils, et sans Fred qui a beaucoup lu.

 

Maladies, ravageurs :

  • Quelques sites pour reconnaître les ravageurs : Koppert (photo), INRA (par ravageur ou par plante, il faut cliquer sur le nom de l’insecte pour avoir sa photo), jardin à manger (photo),
  • d’autres sites pour les maladies : unilet (pour les pois haricots épinards et carotte, avec des fiches très détaillées pour chaque culture et des photos), INRA (cliquez sur les liens pour accéder aux photos, quand il y en a),
  • nouveaux outils INRA Ephytia : avec appli smartphone pour la détection des ravageurs et la connaissance des auxiliaires

 

Voir aussi dans ce site les articles publiés sous le tag “technique“.

%d blogueurs aiment cette page :