Mar 152017
 

À la ferme du hanneton, nous faisons pousser nos légumes bio délicieux depuis la graine. On maîtrise ainsi tout le cycle jusqu’à la vente ce qui nous permet d’avoir les plants qu’on veut quand on veut, de la qualité requise.

On fait pousser nos plants fragiles sous nos serres de semis et pour ceux qui ont besoin de chaleur, dans des bacs chauffants, très simple à faire et pas très coûteux. Nous en avons 3 et nous en avons refait un ces derniers jours, ce qui nous donne l’occasion de vous montrer comment c’est fait, dedans…

Voici le vieux machin :

Le problème est que tout était en train de se sauver car le cadre en bois ne tenait plus du tout. On a donc commencé par refaire tout le tour : (et que j’te scie et que j’te martelle)


Pif paf pouf, voilà un beau bac chauffant tout bien recadré. On peut voir les câbles qui permettent de chauffer, dans tout ce bazar qu’on a mis :

Les arceaux nous servent à calfeutrer le bac pour la nuit afin de ne pas gaspiller l’énergie

Et voilà des petits plants de tomates, aubergines et poivrons bien au chaud à 20°, avec les toute nouvelles graines de courgettes. 

C’est bien beau tout ça mais ça nous dit pas comment est fait le bac chauffant !!!

Et voilààaàaàaààaàa , tinliiiiiiin :

Nos bacs font environ 5 m de long pour 70 cm  de large, et nous utilisons pour chacun 1 câble de 30m / 837W / 230V disposé en serpentin dans le sable. Au début de saison quand on commence les semis, on soulève la bâche noire pour mouiller abondament le sable afin que la chaleur se transmette mieux.

notre fournisseur de câble chauffant

le fournisseur de thermostat

les plaques de polystyrène et le sable se trouvent dans les magasins de bricolage.

Mar 082017
 

Quand on est rentré de vacances, je suis tombée devant ce miraculeux chantier !!

Une nouvelle serre !

(merci Aline et Pierre d’avoir si bien bossé, en toute sécurité 😉 ).

Du coup, il fallait mettre une bâche de serre. Et nous avons fait appel à notre équipe de choc particulière, les AMAPiens !

Faire des tranchées (2*40m), mettre une bâche, fixer la bâche, tout ça était prévu samedi dernier. Autant faire des tranchées ne posait pas de souci particulier (si ce n’est qu’à 15 c’st quand même plus facile qu’à 2), autant on ne pensait pas pouvoir mettre la bâche, avec la météo de la semaine dernière (10,5m * 40m dans la pluie et surtout le vent).

En tout cas, les tranchées avaient déjà été bien entamées par Fred, Stéphane et Malo le vendredi soir :

Et finies le samedi matin avec tout le restant de notre fière équipe :

Entre 10 heures et 11 heures du matin, ce samedi et inexplicablement, il n’y avait pas un brin de vent !! Incroyable.

Ce fût donc fait et parfaitement fait en 2 temps 3 mouvements, ou presque.

Et puis hop hop hop, vite, vite, vite, on a remis de la terre pour fixer et tendre la bâche, avant que le temps ne change (et je vous rappelle qu’il y a eu une tempête dans les heures qui ont suivi, c’est vraiment fou ce créneau horaire qu’on a eu !)

crédits photo @Éric

crédits photo @Éric

Après ces 2 petites heures de chantier titanesque, on range tout et on se prépare à l’apéro…

crédits photo @Éric

…apéro pendant lequel tout semble bien se passer pour la serre, la bâche et l’escabeau.

 

Et comme il restait du monde prévu pour l’après-midi, des AMAPiens, prêts à encore en découdre, on a creusé une tranchée pour prolonger le réseau d’irrigation.

Avec un petit pont de bois pour passer sur la tranchée avec nos brouettées de poireaux (ceux qu’on voit dans le fond)

Pendant ce temps là, Mamita…

Le surlendemain, après la tempête, tout va toujours très bien, madame la marquise…

…sauf pour ladite marquise Hopey, qui ne sait plus ni où ni qui ni qu’est-ce ni dans quel état j’erre et qui se retrouve à chouiner (oui oui oui…) en dehors de la serre, sous la pluie et dans le vent…

Merci à Thierry et Lynda, Magali et Joel, Stéphane et Malo, Françoise et Alain, Anne-Laure, Anthony, Jean-Christophe, Louis, Christophe, Élisabeth et Claude, Claire et Bernard, Éric, Florence, Stéphanie et Morgan, et bien sûr Pierre et Aline qui ont fait le plus gros du boulot.

Juil 172016
 

Un article très intéréssant sur l’installation en volailles bio de Françoise Louapre, hors cadre familial, sur le site de la FRAB (Fédération Régionale des Agrobiologistes de Bretagne)
Analyse économique très pertinente qui explique bien la difficulté à rendre rentable son exploitation et comment on ne peut pas se rémunérer.
C’est valable pour toutes les productions.

L’article complet en cliquant ici.

Jan 222016
 

RECONVERSION : Sandra va se lancer dans le maraîchage bio Changement de vie pour cette jeune femme qui passe de l’univers de la grande distribution à un secteur où il est compliqué d’entreprendre : l’agriculture. Reportage : Willy Colin / Carine Mordrelle – France 3 Maine jeudi 21 janvier 2016

Pour aider Sandra et d’autres personnes à s’installer dans les meilleures conditions, notament grâce à un stage de longue durée chez des paysans aguérris, la CIAP a besoin de fonds :

“Créée au début 2015, la Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne de la Sarthe (CIAP 72) a pour but de favoriser l’installation de futurs paysans et propose de les accompagner.
L’agriculture paysanne, c’est une agriculture qui vise le maintien de paysans nombreux, produisant des produits de qualité, participant à la vie du territoire et respectueux de l’environnement.

L’argent collecté “servira à financer le travail de mise en place, de suivi et formations liés à chaque stagiaire. Un animateur oriente les stagiaires sur les paysans à rencontrer, les démarches à effectuer, les disponibilités en terrain ou ferme pour s’installer. Il les conseille sur les formations à suivre pour être le mieux armé pour concrétiser leur projet.”

 

Vous pouvez participer au financement de la structure en cliquant sur ce lien.

Nov 102015
 

“Petite histoire d’une reconversion de l’informatique vers le maraîchage”

Il y a déjà depuis longtemps le lien vers le site de David qui vient de s’installer en maraîchage bio, dans barre de droite, mais je vous invite à lire son site très intéressant, et la vidéo publiée récemment.

Fév 192015
 

Une BD en ligne à lire (et/ou) télécharger sur le site de la confédération paysanne.

“Un jour, dans une soirée, une copine m’a présenté un paysan” C’est ainsi que le personnage principal de cette BD, une citadine sensible aux enjeux environnementaux, rencontre un paysan de la Confédération paysanne, Michel. Elle est déçue car il n’a pas de moustache… 
Lagriculture paysanne expliquee aux urbains

Cette BD développée sur un ton humoristique présente de façon simple et pédagogique l’agriculture paysanne et ses 6 thèmes : autonomie, répartition, travail avec la nature, développement local, qualité des produits et transmissibilité des fermes. La BD retrace l’expérience des parents de Michel qui à travers la rencontre de nombreux paysans de la Conf’ essaient de reprendre la main sur leur mode de production et sur le sens de leur métier. À diffuser largement !”

Oct 132013
 

Sans titre(clic sur l’image pour accéder au site)

David qui suit se site depuis quelques temps se lance dans la formation menant à sa future installation en maraîchage bio.

Il projette de raconter son parcours, son installation et la suite, je lui souhaite, sur son blog : le (futur) jardin de David.

À ce titre il sera au moins tout aussi intéressant que le blog de la ferme et probablement complémentaire. Une chance pour pour tous ceux qui cherchent des infos sur l’installation et plus largement sur le maraîchage bio.

Bon courage donc, David et que ton projet aboutisse dans les formes souhaitées !

Juil 212013
 

Grâce aux différentes cartes et photos aériennes en ligne on a différentes époques de photos.

On peu de se fait, voir l’évolution des champs en photo aérienne, c’est chouette.

La surface de l’exploitation, c’est la surface grisée de la photo suivante :

herault20XXb

 

herault20XXavant notre arrivée en 2010, probablement vers 2008 voire avant vu qu’il n’y a pas encore les panneaux solaires (© google maps, un peu has-been)

En fait, en janvier 2010, rien n’était plus cultivé, à part une serre et quelques planches dehors.

Si en 2010, on n’a pas utilisé toute la surface, on a vite tout colonisé et même plus dès la saison 2011, en empiétant sur la pâture des animaux et rajouté également une serre :

herault2011novembre 2011, à priori, vu l’état des champs (© bing maps)

La surface exploitée, c’est tout ce qui est bien aligné, ou blanc couvert de filets et voiles de forçage ou marron quand on vient de faire du travail du sol (la grande surface correspond en bas au milieu correspond par exemple au champ de courges ramassées en octobre et que Fred vient de retravailler, probablement).

On a coupé quelques gros arbres mal placés, et les animaux sont arrivés. On voit quelque part une tâche marron qui doit être Ziggy et une tâche blanche qui doit être Firmin. Saurez-vous les retrouver ?

 

Juin 062013
 

Pourquoi Delphine et Fred ont-ils choisi le maraîchage. (oui, pourquoi ???)

Françoise Le Floch, animatrice à France Bleu Maine a réalisé une série de reportages sur la ferme qui sont passé la semaine dernière, dans son émission “Les pieds sur terre“.

“Delphine et Fred sont arrivés en Sarthe en janvier 2010, ils sont dans le maraîchage bio (plus de 40 variétés de légumes bio cultivés par an).

La ferme est à une vingtaine de kilomètres du Mans.
Ils commercialisent essentiellement en AMAP (Le Mans, Changé et Lombron).
A l’occasion du printemps BIO en Sarthe, ils ouvrent la porte de leur ferme le samedi 8 juin 2013, de 15H00 à18H00.”

Jan 152013
 

J’ai déjà donné pas mal d’info dans l’article sur le parcours à l’installation.

Je rajoute les documents suivants :

Vous trouverez également des mines d’informations sur les sites suivants (il faut parfois fouiner) :

%d blogueurs aiment cette page :