Nov 172017
 

Le jaugeage consiste à enterrer les légumes récoltés pour pouvoir les conserver à l’abri du froid (et de la chaleur, mais bon comme on fait ça pour les légumes d’hiver, ce n’est en théorie pas un problème).

On peut jauger simplement les carottes (par exemple) du jardin dans un bac de sable à la cave.

Chez nous il y a quelques centaines à quelques tonnes de légumes racines à jauger, donc on fait ça dans dans un fossé. Jusqu’à présent, Aline et moi (et Sandrine et Denis) creusions tous les ans une nouvelle fosse en bord d’une serre pour enterrer les légumes. On a précisé notre technique au cours du temps, notamment en utilisant des filets l’an passé ; mais c’&tait pas trop pénible et il fallait trouver une solution pérenne.

Un article du bulletin technique d’agriculture bio (je ne retrouve pas la référence, mais je crois que c’était dans un bulletin de la CAB) nous a donné une solution avec une fosse extérieure et pérenne. Et du coup on s’est offert le passage de la mini pour 2017, l’infini et l’au-delà :

Mini-pelle qui a donc défoncé cette planche de bettes qu’on n’avait pas eu besoin de continuer à désherber et ça, c’était le bonus !

Et voilà le travail en 1/4 d’heure maximum… Quand il nous faut 10 heures pour en faire une deux fois moins large et deux fois moins profonde. 

C’est énorme ! Les personnes dedans sont un adulte et un enfant de tailles normales. 😀

Techniquement, pour avoir le plus d’inertie thermique possible, j’ai demandé à ce que la terre ne soit pas évacuée mais déposée en buttes sur les côtés ainsi que sur le fond, là d’où vient le vent. Là où est prise la photo, c’est en pente douce pour passer en brouette.

L’emplacement a été choisi car à l’ombre de la serre quasiment toute la journée en hiver (donc parfait pour que le soleil ne chauffe pas les sacs entreposés), et une bonne partie de la journée toute l’année (donc pas super pour produire, de toute façon).

On a des tas de voiles d’ombrage qui ne nous servent pas (on ombre les serre au “blanc”) et il faut protéger les légumes des souris, donc depuis des années on les utilise pour les jauges. Ici ça permet aussi de stabiliser notre fosse en sable. Hopey nous file un coup de patte bienvenu.

(Et Aline aussi).

Les légumes seront protégés du froid avec des voiles de forçage de récup’ (P19). On a décidé d’en mettre 4. On “emballe” les légumes récoltés et mis en sac dans ces voiles.

 

#Astuce ! On sait très exactement combien de pièces ou quel poids font les sacs, ce qui permet de ne sortir que le nombre de sacs nécessaires pour la semaine ! #Astuce #Astuce le nombre/poid est un dividende ou un multiple de ce qu’il faut par AMAP.

 

Et voilà, c’est emballé. On rajoute encore du voile d’ombrage, contre les rongeurs (le P19, ça les gêne pas, ça se grignote easy), qui était déjà à l’affût en train de couiner dans les herbes… Aussi un peu pour diminuer la lumière.

Voilà ce qui se passe sous le voile… C’est quand même un peu trop lumineux, à voir comment tout ça se comporte.

On voit quand même que ça reste bien à l’ombre.

Par rapport à notre ancienne façon de procéder (qui conservait très bien les légumes, le problème était l’ergonomie):

Avantages : on ne creuse plus (énorme avantage qui devrait surpasser les inconvénients) et l’accès est ergonomique. Il devrait y avoir – d’écart de températures quand il fait “chaud” que dans les serres

Inconvénients (?) (à voir à l’issue de cette première jauge) : + de lumière que dans la jauge enterrée sous serre , + d’écarts de température peut-être quand il gèle à pierre fendre.

Sep 102017
 

Les visites d’amis, ça permet d’avoir une autre vision que celle qu’on a tous les jours de la ferme.

Photos de Sandy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Août 142017
 

En cliquant sur cette superbe photo de Suzanne, vous atteindrez d’autres aussi belles photos de Suzanne.

Malgré tout, comme dit Laurent de l’AMAP de Lombron, “c’est super beau en photo mais c’est encore plus beau en vrai” !

Juil 082017
 

Il fait trop chaud, le travail est pénible. Mais les légumes s’en sortent bien je crois. On n’a heureusement pas de retard dans les tâches saisonnières, donc on ne se sent pas débordé, même si le travail est intense. C’est confortable, de ne pas être débordé.

Les carottes d’hiver semées très récement ont eu beaucoup de mal à lever à cause des températures extrèmes. Ça se voit sur les photos.

Tour des champs au fil de la semaine…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mai 302017
 

Nos légumes sont vendus également sur la boutique en ligne !

Nous cultivons l’intégralité de notre surface en agriculture bio, certifié par Ecocert. Nous avons un très grande exigence de qualité sur nos légumes. Que vous soyiez dans une AMAP que nous fournissons (Le Mans, Lombron, Changé 72) ou que vous commandiez sur la boutique, vous avez à disposition la même qualité de fraîcheur, de goût et d’apparence.

Concrètement, voici comment cela se passe (lire également attentivement les CGV) :

  • 2 fois par semaine, je mets à jour le contenu de la boutique en ligne
  • Vous passer commande dans la boutique des légumes qui vous plaisent en fonction de ce qui est disponible
  • Au moment de valider la commande, vous indiquez où vous voulez être livrer : à la ferme, à Changé, à Montfort le Gesnois ou à Le Mans quartier Madeleine. Pourquoi ces restrictions ? Pour limiter le coût de transport d’un seul panier en optimisant les déplacements. Vous êtes livrés aux endroits où j’effectue déjà des livraisons, les jours où je les fais (mardi et jeudi). Les personnes qui se déplacent pour venir à la ferme chercher leur panier sont quant à elles favorisées à partir de la seconde commande : elles ont le choix entre le mardi / jeudi ou vendredi
  • Le minimum de commande est de 20€ car le temps de récolte pour un seul panier est assez long (beaucoup plus long en proportion que le temps qu’il faut pour préparer un seul panier d’une même série de 30 paniers d’AMAP par exemple), et qu’il faut aussi que cette vente soit rentable pour l’entreprise,
  • Il y a des frais de préparation de 1,10€ qui permettent de couvrir les frais de fonctionnement de la boutique en ligne et de conditionnement (le montant minimum de commande tout compris est donc de 21,10€)
  • Quand vous confirmez votre commande, je reçois un mail pour m’avertir. À ce moment là, je vous envoie un message pour vous confirmer la commande, et que nous convenions de l’heure et du lieu précis du rendez-vous. Par  exemple pour une livraison à Changé le mardi je vais vous proposer un RDV sur le parking de la jardinerie, entre 17:00 et 17:20 ou entre 18:05 et 18:30 (lieu et horaire non exhaustif), bref, on s’arrange 🙂
  • Aline et moi récoltons le jour même ce qui est nécessaire pour votre panier
  • Quand nous pesons ce que nous mettons dans les paniers, nous mettons au minimum ce qu’il a été indiqué dans la commande. Par contre, on ne s’amuse pas à peser au gramme près (sauf exception) alors il y a souvent un peu plus
  • La balance qui sert à peser est controlée tous les 2 ans par un organisme certifié (c’est obligatoire)
  • On part vous livrer (après avoir rempli la journée à d’autres tâches maraîchères…).

Nos clients de la e-boutique paraissent satisfaits, ils sont fidèles et nous les voyons très régulièrement.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, avant de passer commande.

À bientôt sur la boutique en ligne !  Ou dans une des AMAPs que nous fournissons !

Mai 232017
 

Aujourd’hui, plantations, désherbage à fond, préparation de l’AMAP de Changé et livraison. Du coup, vous trouverez ici le nouvel album en ligne de tout ça avec plein de légendes.

Mai 212017
 

Nos légumes sont vendus en AMAP, au Mans, à Changé et à Lombron (voir cet article). Tout au long de l’année, nous confectionnons de beaux et bons paniers diversifiés :

paniers tout au long de l’année (exemples)

Pour une centaine de paniers toutes les semaines, cela fait une certaine quantité à produire (!) et nécessite une grande variété de légumes tout au long de l’année (et beauuuuuucoup de travail) : ListeLegumesVoici ce qu’on peut trouver dans un panier tout au long de l’année : ExemplePaniers2014-1 ExemplePaniers2014-2

ExemplePaniers2014-3

Concrètement, voici comment cela se passe :

  • Vous recevez le vendredi ou le lundi selon votre AMAP, un mail vous indiquant le contenu du panier de la semaine (le poid ou le nombre de chaque légume du panier) suivante, ainsi qu’une liste de légumes que vous pouvez commander en plus,
  • Aline et moi récoltons dès le lundi les légumes pour la semaine : entre 1 ou 2 jours avant pour les légumes qui se conservent bien ou le jour même pour tous les légumes plus fragiles (feuilles -salades, épinards, bettes, …- radis, haricots, …) : ainsi vous avez des légumes utlra frais !
  • Le jour de la livraison, nous finissons les récoltes, préparons les caisses de légumes à emporter, les commandes si il y en a, et parfois nous ajoutons une caisse de légumes gratuits : chacun se sert comme il veut dans cette caisse au moment de la distribution
  • Nous faisons pour Lombron tous les paniers un par un, pour les autres AMAPs, nous préparons les légumes en gros, et parfois au détails quand on a le temps ou qu’il s’agit de légumes fragiles et/ou chiants à peser
  • Quand nous pesons ce que nous mettons dans les paniers, que ce soit à la ferme pour l’AMAP de Lombron ou sur le lieu de distribution pour les AMAPs du Mans et de Changé, nous mettons au minimum ce qu’il a été indiqué dans le tableau envoyé. Par contre, on ne s’amuse pas à peser au gramme près (sauf exception) alors il y a souvent un peu plus
  • Les balances sont controlés régulièrement par un organisme (c’est obligatoire)
  • On prépare le camion (pour Changé et Le Mans)
  • On part livrer (après avoir rempli la journée à d’autres tâches maraîchères…)
  • Sur place, on prépare les paniers avec les personnes de permanence. On discute, on délivre les commandes supplémentaires, c’st un bon moment. Et de plus en plus à mesure que les AMAPiens se connaissent entre eux !
  • On rentre, on range tout et après y’a encore un peu de boulot administratif pour clore la journée
  • Le vendredi / le lundi, on remet ça 🙂

Et en image :

Avr 212017
 

On a repoussé les plantations prévues en début de semaine ce vendredi à cause des gelées prévues hier matin et ce matin.

Heureusement car voici comment c’était ce matin :

Vous y avez cru hein ?

En fait, Fred a oublié de bien fermer un truc qui fuit hier soir et la fuite a créé ces belles sculptures de glace.

Mais il a quand même gelé et malgré toutes les protections qu’on a installées partout partout en prévision, on a eu quelques dégâts dans les patates.

Du boulot en plus à prévoir 🙁 pour les renforcer après ce gros épisode de stress en pulvérisant du purin d’ortie.

 

Notre journée sous le soleil n’en a pas moins été très productive puisqu’on a planté, pour le dernier jour de Pierre et le retour de vacances de Aline ; 1200 céleris…

105 aubergines et 134 poivrons …

126 concombres courts,

et 315 bettes.

+ du desherbage, pas mal d’arrosage et beaucoup de portes à ouvrir / fermer et de cultures à couvrir pour la nuit et découvrir pour le jour. Mine de rien ces tâches (arrosage, protection etc…) qui ne sont pas strictement des trucs de mains dans la terre, ça prend 3:30 dans la journée !  😯 :O

+ le rôle de gardien de troupeau de biquets épris de liberté.

+ mon rôle délicat de médiateur. L’image parle d’elle-même 😀

Mar 272017
 

Après tout un tas de bazar comme nourrir des animaux et porter des sacs de 70 L de terreau, on s’est précipité dans la serre de semis pour repiquer les aubergines, les poivrons et les céleris.

MAGNIFIQUE nouveau record de la team maraîchère ! 3:30 pour repiquer 1248 plants de céleris contre 4:30 pour 1040 l’an passé

et magnifiques petits céleris.


150 aubergines et 50 poivrons de chaque sorte. Ils sont pas vaillants, c’est normal, on leur a quand même arraché les racines. Demain ça ira mieux.

Après ça et après avoir arrosé 2-3 trucs, direction la nouvelle serre dans laquelle on a mis des petits pois, pour les redresser contre le grillage et désherber. Tout ça à toute vitesse. Et après les LAPINS apparement ! GRRRRR.

Hop on file manger et on revient fissa fissa pour récolter les panais de la semaine.

Aline se précipite ensuite sur le filtre du forage pour le nettoyer dans l’objectif d’une irrigation optimum pour notre tour d’arrosage de demain mardi, et je cours avec ma brouette vers les carottes pour en récolter pour la semaine.

J’espère qu’on sera aussi efficace demain, pour planter nos 15 kg de bulbilles d’oignons   😯    😎   😆  !

Pour finir quelques photos des semis en cours…

des salades à différents stades (on en plante demain)

des chayottes/christophines… c’est beau hein ? Elles prendront la place des petits pois sous la nouvelle serre.

des aromates qu’on va pas tarder à repiquer

Mar 032017
 

Petits paniers : (à la Madeleine le jeudi –contact– et à Lombron le vendredi –contact-) 500g de poireaux, 1 kg de carottes, 250g de mâche, 500g de betteraves, 1 céleri rave, 500g de navets

Moyens paniers : (à Lombron le vendredi  –contact-) 800g de poireaux, 1 kg de carottes, 500g de patates, 300g de mâche, 500g de betteraves, 1 céleri rave, 500g de navets

Grands paniers : (à la Madeleine le jeudi –contact-) 1 kg de poireaux, 1 kg de carottes, 1 kg de patates, 300g de mâche, 500g de betteraves, 1 céleri rave, 500g de navets

%d blogueurs aiment cette page :