Mai 272013
 

Après avoir interdit la reproduction des semences, pourquoi ne pas aller encore plus loin ?
Appauvrir les ressources en semences et perdre définitivement l’adaptation et l’adaptabilité des semences au sol, n’était pas suffisant. Il faut en plus être sûr qu’on les ai vraiment perdues à tout jamais…

Avoir un potager pourrait bientôt devenir un acte répréhensible. Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne souhaite l’illégalité de la pousse, la reproduction ou la vente des semences de végétaux qui n’ont pas été testées et approuvées par une nouvelle autorité (l’Agence européenne des variétés végétales). En criminalisant la culture privée de légumes, la Commission européenne remettrait le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.

EDIT de Mousty, un commentaire qui mérite sa place dans l’article :

Attention à la manipulation, faire miroiter « le pire » pour faire passer « le moins pire » est aussi une tactique pour faciliter l’acceptation ! :-/

Je dis cela car cet article (dont la source semble peu claire) livre une interprétation ‘dramatique’ qui ne me semble pas très honnête : quand tu lis le texte de l’UE, les paragraphes traitant des dérogations et des variétés anciennes laissent bien place au jardinier amateur. Pourquoi vouloir exagérer l’info ? Il y a déjà suffisamment de bonnes raisons pour se mobiliser et se battre contre cette scandaleuse et inique proposition de loi !!

(Cela dit, interdire les potagers peut clairement être une prochaine étape : les lobbyistes doivent en rêver, la Commission est à leur botte, les Etats ont perdu leur souveraineté… tout se met en place pour le pire scénario.)

  4 Responses to “Risques pour les semences (et les jardiniers)”

  1. Attention à la manipulation, faire miroiter “le pire” pour faire passer “le moins pire” est aussi une tactique pour faciliter l’acceptation ! :-/

    Je dis cela car cet article (dont la source semble peu claire) livre une interprétation ‘dramatique’ qui ne me semble pas très honnête : quand tu lis le texte de l’UE, les paragraphes traitant des dérogations et des variétés anciennes laissent bien place au jardinier amateur. Pourquoi vouloir exagérer l’info ? Il y a déjà suffisamment de bonnes raisons pour se mobiliser et se battre contre cette scandaleuse et inique proposition de loi !!

    (Cela dit, interdire les potagers peut clairement être une prochaine étape : les lobbyistes doivent en rêver, la Commission est à leur botte, les Etats ont perdu leur souveraineté… tout se met en place pour le pire scénario.)

  2. Et quand bien même ils interdisaient les potagers amateurs… Bon, disons que personne n’en ait rien à foutre de la loi et le fasse quand même ? D’une part, on observe souvent une dichotomie entre une loi européenne et l’application des sanctions via les forces de contrôles au niveau national, où il n’y a pas ou peu d’application de la loi. D’autre part, si je cultive mon potager, pépère, en m’en fichant de cette loi, qui va venir contrôler mon jardin et ce qu’il y a dedans, avec quels moyens de contrôles ?!? Vais-je me faire dénoncer par mon voisin ? 😀 Certes, la dérive contenue dans la loi est scandaleuse en ce qu’elle donne du pouvoir aux industriels de la graine de faire n’importe quoi pour conserver un monopole.
    Mais bon… Elle est tellement débile cette loi aussi…

  3. Sûr que les moyens de contrôle risquent d’être limités, comme ils le sont pour le contrôle des producteurs.
    À moins d’une grande campagne de recrutement, mais bon, c’est pas trop dans l’air du temps.
    Je pense que ce genre de sanction fonctionnent effectivement sur dénonciations.
    Et sûrement, une telle loi n’empêcherait pas les jardiniers d’y contrevenir, c’est typiquement le genre de loi débile que les gens contournent. Cependant elle contribuerait quand même à accélérer la perte des semences paysannes et tout ce qui en découle en matière de qualités de la semence.
    Et même si on contourne la loi, il n’y a pas à accepter qu’elle existe !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :