Avr 242012
 

Notre biquet Fuji, est malheureusement dans un sale état. Fuji, c’est lui :

C’est celui des 4 (Farenne, Faruk, Firmin-Jé et Fuji) qui  était toujours seul avant l’arrivée de Ziggy, qui a toujours été le souffre-douleur quand il y en avait besoin et le dernier à avoir le droit d’accéder au ratelier.

Ces derniers temps, c’était de pire en pire : en effet, Ziggy et Farenne sont en pleine guerre des chefs, et Farenne pour asseoir son autorité de plus en plus défaillante à mesure que Ziggy grandit (normal, hein, question de taille, même si Farenne tâche de se faire plus gros que le boeuf et d’allonger ses oreilles un maximum -j’vous jure-), était de plus en plus dur avec Fuji, l’empêchant systématiquement d’accéder au ratelier, même quand lui-même avait déjà bien mangé. J’ai bien tenté de détourner l’attention de Farenne en mettant du foin à deux endroits et même en intervenant pour le pousser le temps que Fuji puisse manger, mais ça ne faisait pas grand chose. De plus Fuji avait tellement intégré le fait qu’il n’avait le droit de manger que bien après les autres qu’il mangeait très peu.

Bref, je le surveillais déjà de près, mais sans trop m’inquièter : il n’était pas si maigre (après tout c’est l’hiver ou presque), il mangeait quand même, ruminait, et faisait des crottes de bique. Bon.

Sauf que tout à dérapé un dimanche il y a 3 semaines.

Pour une fois, je suis allée voir mes animaux, ce que je ne fais que très rarement le dimanche, vu que je dors :D. J’arrive aux cabanes, je vois bien 3 biquets et 1 âne mais pas le 4ème. Vaguement inquiète, j’appelle Fuji, en général, qui que ce soit, chacun répond quand on appelle avec insistance. Pas de réponse. J’engueule tout le monde à l’avance, sentant le coup-fourré, mais bien sûr personne pour réagir.

De plus en plus inquiète, je vais alors dans la pâture, pour apercevoir de loin, Fuji allongé par terre. J’ai cru qu’il était vraiment mort, il avait la tête dans un creux et aucune réaction. Je file chercher du renfort, n’osant pas m’approcher plus (j’avais peur de trouver une tête défoncée à coup de sabots et sanguinolente). Les copains qui étaient là reviennent avec moi et me disent qu’en fait, il bouge. Ouf.

Il était très très faible et ce jour-là, il a fallu deux heures pour le retaper par poignées d’herbe pour pouvoir le relever et qu’il marche seul. On s’est dit à ce moment là qu’il était tombé, et que trop faible car sous-alimenté, il n’avait pas pu se relever.

On l’a mis à l’isolement, dans l’idée de le retaper en le goinfrant. En, fait, je crois que c’est là que les autres signes de mauvaise santé ont commencé à devenir flagrants, diarrhée, notamment. Au bout d’une semaine, je lui ai fait un vermifuge sur les conseils de notre ami Éric le chevrier. Ca a semblé ne pas lui faire trop de bien sur le moment, mais à la fin de la seconde semaine, il semblait reprendre du poil de la bête, bien manger, bien boire, plus de diarrhée, et un peu plus d’allant.

Sauf que re-belote le samedi, mon biquet, couché sur le flanc dans sa cabane, sans aucune réaction. Cette fois, j’ai appelé le véto (trouver un véto un samedi matin, quand on est pas connu comme éleveur, c’est pas facile) : son diagnostic a été très sévère : pronostic vital engagé, biquet infesté de vers et complètement anémié…

Il lui a fait pleins de piqûre de différents vermifuges et d’anti-anémique, et m’a laissé ce dernier pour poursuivre le traitement. Quelques conseils pour la nourriture, pas très différents de ce que je faisais déjà et on a commencé à jouer notre rôle d’infirmier.

Ce même jour on s’est rendu compte dans l’après-midi, que Fuji avait complètement perdu le réflexe de manger et de boire. On a donc instaurer pendant deux jours des tours de garde, jours et nuits, pour l’obliger à se nourrir et à boire. Le lundi, il mangeait seul mais seulement en notre présence, le mardi il recommençait à manger normalement. Je pense que c’est cette implication jour et nuit qui nous a permis de le sauver à ce moment-là (mais rien n’est pourtant encore gagné).

Le voici, à ce moment-là tranquille pépère bien au chaud sous son drap. On voit qu’il a quand même une bonne tête et bon appétit. Très important tous les signes de bon fonctionnement des viscères étaient présents assez rapidement après le traitement du véto : ruminage, crotte de bique, …)

n’a-t-il pas l’air troooop sympa ? (clic)

Et puis la minette de ferme qui nous suit partout est d’un grand soutien moral, pour nous quand on soigne Fuji (on reste à chaque fois entre 1/2 heures et 1 heure, plusieurs fois par jour, même encore maintenant), mais aussi pour Fuji auprès de qui elle joue les nurses depuis une bonne semaine maintenant (c’est bien mignon) :

(clic)

C’est à partir de lundi-mardi qu’on a commencé à vouloir le forcer à se lever et qu’on s’est rendu compte qu’il en était incapable. On commencé alors les séancesde massage / rééducation : masser les pattes, les faire bouger dans tous les sens, le forcer à se mettre debout en le soutenant.

Samedi (le WE n’est pas faste pour Fuji), on a trouvé qu’il recommençait à péricliter, alors que la veille, on était près à trouver qu’il faisait du cinéma (ouais parce que bon, on voyait bien qu’il avait du tonus dans les pattes, mais dès qu’on le sollicitait, il se laissait tomber). Du coup, nouvelle stratégie, on l’a changé de cabane pour le mettre dans celle d’à côté de ses frères et copain, en se disant qu’ils allaient lui servir d’exemple et l’empêcher ce déprimer. À ça, l’installation n’a pas été une mince affaire avec les autres zozos qui faisaient les marioles dans la cabane de Fuji en attendant qu’il soit bien installé et qu’on mette un fil électrique comme porte. Et Minette dans tout ça qui essayait de se faufiler entre les sabots divers et variés pour accéder à la nouvelle chambre de malade. Quelle foire ! Bon an mal an, on a installé notre pépère. Pas la grande forme de tout le samedi, mais finalement, ça allait déjà mieux dimanche avec un regain de tonus (cou et pattes). Fred a construit une sorte de déambulateur pour qu’on puisse le mettre en position debout et qu’il fasse de l’exercice : au moins rester en appui sur ses pattes :

(clic)

Dans la journée, nos copains chevriers nous ont a nouveau apporté un bon coup de main en nous donnant un flacon de vitamine à injecter pendant quelques jours. On continue les séances de kiné avec en plus l’injection de vitamine. Il faut maintenant qu’il puisse se remettre debout très rapidement, sinon il n’y aura probablement plus rien à faire et à moins de trouver un hospice pour chèvre, il faudra se résoudre au pire.

En attendant, il en va pour l’instant de Fuji comme de Martine :

Fuji sur son déambulateur…

Fuji fait de l’exercice…

Fuji mange…

Fuji et son chat :

une réaction vite-fait parce que je les appelle

pour se rendormir aussitôt…

Et pendant ce temps, Ziggy se languit de son bon ami, malgré quelques différends, et s’arrache les poils de dépit.

(je cherche à ce propos un filet à provision pour jouer au ballon avec Ziggy. Quelqu’un aurait-il ce genre d’article à nous donner ?).

Une grosse pensée pour Fuji et tous vos encouragements. Il en a de plus en plus besoin parce qu’être immobile ne l’empêche pas de manger et il devient gras comme un cochon !

  11 Responses to “Fuji”

  1. C’est bien triste de voir Fuji dans cet état

    Bon courage à Fuji et à ses infirmiers

  2. mon ptit kiki <3

  3. Il a l’air plus vif je trouve. Allez p’tit père, on ne se laisse pas abattre, y a des carottes qui t’attendent !
    Pour le déambulateur, je suis déçue : elles sont où les roulettes ?

  4. Il arrête pas de râler…

  5. Comment ça évolue ? Fais-lui une grattouille et file-lui une carotte de notre part !

  6. Il est pas mort
    Il progresse : plus de tonus jour après jour.
    Mais il est toujours pas debout, et il a l’air de se complaire de cet
    état : il se laisse sciemment tomber quand on le fait travailler, il
    braille toute la journée pour qu’on lui apporte à manger ou qu’on le
    retire de son engin de rééducation, mais quand il a pas la choix, il
    fait des effort conséquents pour se redresser et s’appuyer sur ses
    pattes.
    Bref, il nous fait tourner en bourrique, et en plus, il pue

  7. Salut les infirmiers !
    Chapeau ! Quel dévouement pour votre petit Fuji ! C’est Olivier qui m’a dit au téléphone que l’un des biquets était patraque et qu’il y avait tout un suivi de l’affaire sur le blog. C’est chouette de voir qu’il est dans une si bonne maison. Vous devez être nases à le soigner et faire votre boulot de maraichers en plus. Tenez-bon, il revient de loin et n’a pas fini son chemin vers la guérison : ça les met vraiment raplapla les parasites internes et quand ils frôlent la mort de si près, faut leur laisser le temps de se refaire une santé et un moral, mais après, les liens qu’il vous portera seront vraiment très très forts.
    Je vous embrasse bien fort tous les 2 et de grosses papouilles à toutes les bêbêtes à poils de la ferme avec un gros bisou en plus sur le front de Fuji !

  8. et bien dis donc, ça ne chôme pas, à la ferme du hanneton!!! en plus des légumes, vous faites dans la maison de convalescence pour biquet mal en point!!! assistés de la minette, quand même!!!!
    Bravo à vous parce que j’imagine que vous avez des tonnes d’autres choses à faire!!!!
    J’espère qu’à l’heure où j’écris, Fiji réussit à se mettre sur ses pattes sans recourir au déambulateur
    Bon courage à tous!!!!

  9. Oui, on a pas le temps de s’ennuyer !
    Fuji ne se met toujours pas debout, même si il lui arrive d’essayer. C’est visiblement trop difficile encore pour lui. On continue les exercices et il tient plus ou moins debout tout seul mais avec tout un tas de stratagèmes et seulement quelques secondes !
    Le problème est qu’il commence a avoir pas mal de problème de grand malade alité : escarres, plus de poil sur le ventre et peau abîmée… On fait dans le soin palliatif !

  10. Qu’en est-il de Fuji, six mois ont passé. Pauvre petit Fuji, a-t-il repris la marche ? Ou a t-il marché vers le ciel ? Finalement, c’est le conflit avec le groupe ou les vers qui ont causé ses malheurs ?
    Po’ ti’ Fuji

  11. Bonjour

    toutes les réponses que vous cherchez sont dans le site, dans des articles postérieurs.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :