Oct 162011
 

Hier, après une courte mais réelle gelée matinale (la première, qui va inaugurer la période de protection des cultures contre le froid, un truc qu’Aline et moi détestons faire car c’est contraignant et pénible ; et qu’en plus ça tombe en même temps que la période des récoltes lourdes), nos AMAPiens sont venus donner un coup de main pour récolter toutes les courges :  1500m² de courges et potimarrons divers, de pommes d’or et de patidoux.

Le matin s’est passé à ramasser les courges : le champ faisant 100m de long et environ 15 de large, on est parti du fond : une quinzaine de personnes ramenaient les toutes les courges bonnes ou mauvaises dispersées sur les 15m vers le bords, où à 3, nous triions le bon grain de l’ivraie et les bonnes courges par variétés et par taille. Puis, on est revenu progressivement vers le début du champ.

Fred a fait quelques allers-retours pour aller recharger le stock de caisses. On en avait amené une bonne quantité déjà, mais à chaque heure qui passait il semblait que toutes les caisses de la ferme ne suffiraient jamais à la récolte !

ramassage,

ramassage…

et tri des pommes d’or…

et encore tri.

 Ce qui est chouette avec les courges, c’est que toutes ces formes et couleurs en font une récolte très esthétique. Qui croirait que cette belle ligne de courge est en fait du rebut ?

Entre la pétanque, les châteaux de courges et les circuits de voiture, les enfants se sont bien amusés aussi.

là, le but du jeux est d’éclater les courges pour faciliter la travail de Fred qui doit broyer le rebut dans la semaine

circuit de voiture et autres créations artistiques

3 au tri, ce n’était quand même pas très rapide. Les ramasseurs ont vite eu fini de faire les 1500m² (ça fait quand même 100m² chacun…) en deux heures.

Voilà le résultat du travail du matin :

Avec les 15 autres personnes de l’après-midi, on s’est donc attelé à finir de trier puis surtout faire le premier stockage :

Une fois toutes les courges mises en caisse, on a bien passé une heure avec tout ce monde à stocker les caisses. Ce premier stockage, sous serre, permettra de faire sécher les courges et d’améliorer leur conservation. Ensuite, nous allons tout re-stocker dans le bâtiment avec une bonne ventilation pour conservation longue (des centaines de caisses à redéplacer, mais à 3 cette fois…). Je profiterais de cette occasion pour compter, peser et présenter des rendements.

Article de l’AMAP de Changé

 

Article d’Alexandre

Merci à Alexandre, Christine et sa fille, Catherine, Raphaël et son amie, Élisabeth et Claude, Nicole, Daniel et Brieuc, Ludovic, Magali et Joël, Jean, Martine, Jean-Michel et Gauthier, Louis, Priscille, Tom et Milo, Florence, Laurent, Arno et Samuel, Marie-Odile, Sandrine et son mari, Jean-Christophe, Fanny, Pascal et sa femme, Stéphane, Christelle, Malo et Inès (désolée pour les prénoms que je n’ai pas retenus).

  4 Responses to “Courges : la récolte de 2011”

  1. C’est effectivement très joli, et c’est chouette d’avoir eu une si belle journée pour faire la récolte 🙂
    Les quadrupèdes n’en veulent pas, du rebut ?

  2. Merci à toi aussi pour ce très bon moment de plein air.

  3. Mousty >> non. Essaie de manger un truc rond et dur sans t’aider de tes pattes toi… Et pour les chèvre, l’abus de légumes est déconseillé (il leur faut ruminer et des fibres essentiellement)

  4. Merci pour le photographe pour nous avoir permis, à nous absents le jour de la récolte, de nous rendre compte du travail accompli.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :