Mar 282017
 

Aujourd’hui c’était la plantation des bulbilles d’oignons. Une grande nouveauté dans notre itinéraire technique des oignons puisque jusque là on commençait au semis, c’est à dire avec la graine. Nous avons commandé la même variété que celle qu’on prend d’habitude en graine : Sturon. J’aurais peut-être hésité si la variété dont je suis satisfaite n’avait pas été disponible.

Il faisait un temps idéal, pas trop chaud, pas trop froid, avec une belle lumière qui seyait à merveille à nos bulbilles, que voilà : 

Après 5 minutes de plantation, c’était si beau, tout ce doré, que je n’ai pas résisté à la photo :

Concrètement, on prend les bulbilles et on les pose en les enfonçant légèrement tous les 4 cm, et sur 4 rangs (espacés de 30 cm)

On a fait 3 planches de 50m d’oignons en 5 heures : 2*2 heures et 1 heure toute seule à mettre le P19 (le voile de protection, contre les insectes en l’occurence) : c’est trop long pour le voile,mais il y avait assez de vent pour me gêner. On peut réduire à 4:30 je pense.

J’ai calculé qu’il faut 6 kg de bulbille par planche de 50m


avant

après et tout doré

Bilan de ce changement d’habitude et d’IT : 100% positif à ce niveau de la culture, car on a gagné énormément de temps : pas de semis en mini-mottes (qui nous aurait pris 5-6 heures) et un gain de temps à la plantation (-40%, je pense).

À voir comment ça se passe au niveau du desherbage : avant on sarclait car il y avait de la place entre les plants. Maintenant on est obligé de passer à la main, donc ça prend plus de temps. On va peut-être gagner sur le nombre de désherbages car à partir d’un certain stade les oignons se toucheront, et donc l’herbe ne poussera pas entre eux.

Et bien sûr, cette euphorie du jour reste à confirmer avec la récolte.

Mar 092017
 

Blowing with the windblowin’ with the wind

Mais comment en-est on arrivé là ?

  • Aline et Pierre ont semé des centaines de godets de petits pois entre le 6 et le 10 février (j’étais en vacances ! Ah  ! Quel bonheur ! ) : moitié de petits pois nain “douce provence”, moitié de rame “first early may”
  • Puis Aline et Pierre ont planté des pieux et du grillage comme des forcenés, dans le vent et sous la pluie.

sauriez-vous reconnaître qui est qui ?

  • Cette semaine, Aline, Marine et moi, on a planté tous les petits pois :

  • Dehors : 3 planches de “nain” et 3 planches de “rame”, les nains étant judicieusement placés du côté du soleil pour ne pas être à l’ombre des “rame”. Plantation de part et d’autre du grillage tous les 50 cm.

  • On n’a pas oublié de mettre de l’arrosage, au goutte à goutte

Au total : dehors on a 420 plants de petits pois nains “douce provence” et 420 plants de petits pois rame “first early may” qui vont j’espère répondre à leur petit nom ; et sous la serre, tout de même 156 plants de petits pois nains “douce provence” et 155 plants de petits pois rame “first early may”.

Les chattes sont au taquets, et les petits pois astucieusement placés pas loin du spot à croquettes, les lapins vont prendre de sacrés risques s’ils se pointent.

 

Déc 062016
 

Cette année, il fait froid assez tôt (enfin !) et on en est déjà à notre deuxième série d’endives mise en jauge.

Cette année on a choisi une variété qui n’a pas besoin de substrat pour être forcée. Dans des caisses au noir, ça suffit.

On a semé (semis direct) 1 planche d’endives au mois de mai qu’on a éclaircies au moment du premier désherbage pour laisser un plant tous les 5 cm à peu près.

On a creusé une fosse pour déposer les caisses, et bénéficier de l’inertie thermique du sol.

On a arraché 1/3 des endives.

On les a laissées telles quelles 1 semaine sur le sol, dehors.

Aujourd’hui, on a coupé les feuilles et mis les racines bien rangées dans des caisses.

Puis on a lavé à grande eau (pour que les feuilles blanches poussent proprement).

On a posé les caisses dans la fosse à la suite de la première série.

Et on a occulté le tout.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Encore quelques semaines avant de pouvoir les manger.

Mar 212016
 

AMAP de Lombron distribution des paniers à la ferme, tous les vendredi en fin d’après-midi.

P1490302

Merci à Valérie pour cette belle photo !

Sep 172015
 

Le mesclun, c’est ce mélange délicieux de jeunes pousses qui se déguste en salade.

Pour le maraîcher c’est un bon produit d’appel et il a l’avantage de pousser rapidement : très intéressant donc en inter-saison, en primeur, ou quand on se rend compte qu’on va manquer de gamme.

Celui que nous produisons est déjà un mélange dans le champs : Mesclun1

Il comporte toujours les mêmes pousses, en proportions variables selon la saison, la réussite de chacune et l’humeur de la maraîchère :

Epinarddes épinards

FChenede la salade feuille de chêne rouge et verte, graines non enrobées pour passer au semoir

OsakaMizuniachou mizuna  et moutarde osaka

Roquetteroquette

Mesclun2quand on l’a récolté, ça donne ça.

Objectif : 1/2 planche = 1 semaine et 3 AMAPs (90-100 paniers)

Itinéraire technique :

  • Fumure autant que possible (dans la limite de la loi),
  • 1 planche de 50m = 2 séries ; 1 série = 1/2 planche,
  • Semis en deux fois par série : semaine 1 salade et épinards, semaine 2 le reste. Attention au printemps ou en automne le délai entre les deux est légèrement différent (cf. tableau des semis),
  • Semis au semoir type SemTout, épinard avec la plaque “épinards” le reste avec la plaque “carotte”,
  • 7-8 rangs au total par planche : en ce qui me concerne 1 ou 2 rang épinards, 2 rangs salade, 3 rangs roquette, 1 ou 2 rangs de choux. Je mélange les graines de salade ensemble et les graines de choux ensemble,

CalMesclun calendrier des semis : FRANCE NORD LOIRE, océanique dégradé

  • NB : concernant le calendrier des semis : comme je vends en AMAP il y a une période d’arrêt : les semis en blanc, je les fais tout les ans, les semis en jaune je ne les fais pas forcément tous, ils dépendent de la période d’arrêt. Attention, la série 5 peut rapidement monter à graine si il fait chaud,
  • Récolte entre 4 et 6 semaines après semis.

Rendement normal (sols pauvres) : 12-14 kg par série de 1/2 planche ce qui me permet de faire des sachets de 150-250g pour chaque panier (90-100 paniers/semaine)

Recettes.

Août 282013
 

Aujourd’hui, Milo m’a bien aidé à semer du mesclun et des radis.

Ici, il sème des radis :

IMG_3164

je laisse la partie ou ça tombe parce que ça fait bien marrer Milo.

Oct 222012
 

Il y a quelques semaines, je vous proposais de reconnaître ce légume :

Comme l’avait trouvé Alexandre, il s’agissait bien d’une patate douce, et même d’un “beau bébé” de plus d’1,5 kg qu’il a remporté.

La patate douce (Ipomoea batatas), nous apprends wikipedia, est “(..)  une plante vivace de la famille des Convolvulacées (la famille du liseron) largement cultivée dans les régions tropicales et subtropicales pour ses tubercules comestibles”.

Pourtant, je vous jure que celles-ci ont bien poussé dans la Sarthe, depuis le mois d’avril. Voici comment nous avons procédé :

  • Au mois d’avril (quand il n’y a plus de risque de gelées), après réception des tiges que nous avons achetées, nous avons plantés ces tiges en pot pour faire partir le plant (bouturage),
  • Au mois de juin, dans un sol bien fumé et drainant, nous avons planté 10 plants de chaque variété (beauregard, T65 et georgia),
  • Ensuite, il faut espérer avoir un temps plutôt chaud (un temps normal d’été en fait) et bien irriguer la plantation : il faut en somme reproduire les conditions tropicales,
  • Fin septembre, on peut récolter : il faut ensuite les conserver au frais (15°-18°C) et en milieu pas trop sec,
  • On peut reproduire les plants en faisant germer les tubercules et en replantant la tige comme nous avons fait, ou en plantant un morceau de tubercule.
Cette année, nous avons récolté plus de 13 kg de la variété  T65, qui était en haut de la parcelle. C’est un rendement (1,3kg / plante) qui me convient tout à fait, même si je ne connais pas ceux attendus. C’est une culture facile à conduire, qui demande peu de désherbage car le feuillage est très couvrant. On peut le donner en fourrage aux animaux, et je peux vous dire que bien que sarthois de naissance, tous les animaux se sont jetés dessus sans en laisser une miette !
Les autres variétés ont moins produit, mais aussi parce qu’une grande partie des tubercules a été dévorée par les rongeurs ! Il faut dire, un truc bien sucré et calorique servis à leurs pattes, je comprends qu’ils n’aient pas cherché à résister…
Cette année, nous allons tout garder pour nous et goûter chaque variété pour voir laquelle est la plus intéressante ; et surtout refaire du plant en quantité (c’est très cher à l’achat) pour pouvoir en mettre dans les paniers en 2013 (je l’espère).
Pour l’instant nous en avons mangé en brandade avec de la julienne et du zeste d’orange; Délicieux !
Jan 242012
 

1 an de cultures maraîchères en vidéo, pour apprécier l’occupation des serres, les rotations, la croissance des plantes, et les interventions diverses et variées.

Une année en accéléré.

LA PRAIRIE :

LA CARRIÈRE :


SERRE 1 :

SERRE 2 :

SERRE 3 :

SERRE 4 :

SERRE 5 :

ENTRE SERRES :

MÛRIER :

PARCELLE 1 :

NOYER :

ROSEAUX :

BÂTIMENT AGRICOLE :

Merci à Fred, Aline, Priscille, Tom, Milo, Benjamin, Marylène, Antoine, Jenny, Jérôme, Sandrine, Sandy, Vincent, les AMAPiens, Nathalie, Hervé, Hadrien, Yoan, Katka, Julie, Nico, Nicole, François, Jean-Louis, Nicole, Sylvain, Paul, Ambre, Laurent, Cor, Jean-Marie, Valérie, Florence, Sandrine, et tous ceux que j’ai pu oublier pour l’aide apportée cette année. Ce résultat est aussi le votre !

Jan 232012
 

Voilà, la boucle est bouclée, j’ai commencé les photos la 3ème semaine de 2011, je finis avec les photos de la semaine dernière.

Pour cette fois, vous aurez les photos en grand et en cliquant dessus, celle de la semaine 3 de 2011, pour comparaison.

LA PRAIRIE

Un peu moins d’arbre en 2012. J’espérais qu’on y verrais quelques fleurs, mais ça n’a pas trop marché cette année.

LA CARRIÈRE (le hangar et les outils, et un bout de verger au fond)

Pas de grands changement au cours de l’année. On a même pas encore eu le temps de ranger enfin le hangar. Ca serait pourtant indispensable.

FRAMBOISIERS (le prochain verger en fait, et une nouvelle parcelle)

Nous avons planté de nouveau arbres fruitiers début 2011 et surtout enlevé le gros eucalyptus qui gênait (dommage il était bien beau). L’idée de cette photo était de suivre l’évolution des fruitiers. Bon, je ne crois pas que la différence à ce niveau soit flagrante.

SERRE 1 :

Au cours de l’année, il y aura eu : (carottes, bettes et endives) puis (petits pois, tomates et haricot) puis (navet et céleris en jauge)

SERRE 2 :

Au cours de l’année, il y aura eu : (mâche, navet-radis, et épinards) puis (petits pois, poivrons et aubergines) puis (salades et mâche). La rotation est pas terrible, il nous manque vraiment encore une serre : manque de rotation pour les feuilles en hiver et pour les solanacées en été.

SERRE 3 :

Au cours de l’année, il y aura eu : (oignons blancs, bettes, salades et mâche) puis (haricots rames et concombre) puis (oignons blancs -mais à l’autre bout de la serre-).

SERRE 4 :

Au cours de l’année, il y aura eu : (épinards) puis (melons) puis (bettes). Une serre complète de légumes ou de la même famille, voilà ce que je vais essayer de faire dans toutes les serres, pour faciliter les rotations.

SERRE 5 (j’ai mis en dessous la photo la plus ancienne qui correspond à la prise de vue, soit la semaine 11 et non la semaine 3) :

Au cours de l’année, il y aura eu : (tomates) puis (carottes).

ENTRE LES SERRES 4 ET 5  (j’ai mis en dessous la photo la plus ancienne qui correspond à la prise de vue, soit la semaine 11 et non la semaine 3) :

Ici il y aura eu : des échalotes, du fenouil, du mesclun, des radis et des betteraves

MÛRIER (j’ai mis en dessous la photo la plus ancienne qui correspond à la prise de vue, soit la semaine 11 et non la semaine 3) :

Dans cette parcelle la plus pauvre de nos champs, il y a eu durant cette année essentiellement des légumes “racines”, moins gourmand en azote (puisque ce n’est pas le feuillage ou le fruit qu’on recherche) : échalotes, oignons, navets, carottes, mesclun, petits-pois, épinards, christophine (chayotte), menthe, radis, fraises, panais. Gros chantier : abattage et désouchage du mûrier, qui prenait de la place dans les champs et en plus attirait des essaims entiers de guêpes tout l’été au sol (donc, là où on travaille).

PARCELLE 1 (photo de comparaison de la semaine 12 donc mois de mars) :

même parcelle que celle du mûrier mais vue du bas.

NOYER (parcelle la plus riche) :

Dans cette parcelle, on a mis en 2011 les légumes les plus “gourmands” : pommes de terre, céleri rave, poireaux (pépinière et plants) salades, et puis aussi les rutabagas et du fenouil. On voit que le bois a été complètement rasé : cette fois, ce n’est pas de notre fait, ce n’est pas chez nous. Ca nous fait moins d’ombre, mais on n’est plus protégé du vent et finalement, il vaut mieux en être protégé (au moins pour les nerfs) qu’un peu plus de soleil.

ROSEAUX (j’ai mis en dessous la photo la plus ancienne qui correspondait à la prise de vue, soit la semaine 12 de mars et non la semaine 3) :

Dans cette parcelle en 2011 : bettes, brocolis, choux fleurs, brocolis, tous les choux d”hiver, tentative d’endives, haricots, courgettes et carottes.

BÂTIMENT AGRICOLE :

(cf. : article)

Voilà, vous aurez les vidéos demain.

Je ne recommencerais pas en 2012, faut changer et puis c’est un peu contraignant. Je recommencerais peut-être plus tard parce que c’est quand même intéressant, je trouve.

Jan 162012
 

Nouvelle année, nouvel appareil photos (ce qui explique la différence de taille des photos) et dernière semaine de la série, puisque j’ai commencé la semaine 3 de 2011. La semaine prochaine, peut-être, les mini-films ! …

Pas de photos depuis deux semaines, pour cause de repos, un peu hors des murs et un peu dans la ferme (la 1ère semaine de l’année a été plutôt cool).

Cette semaine n°2 donc, dernier stockage, avec les navets qui restaient dehors. J’ai eu du nez, vu le froid qu’il fait depuis ! D’ailleurs, ce temps clément a été une aubaine pour nous en terme de charge de travail et de capacité de stockage puisque nous avons pu tout faire tranquillement et stocker à mesure. De plus, je n’aime pas tellement faire du stock, j’ai toujours peur que les conditions de conservation ne soient pas optimum (vu nos capacité de stockage et nos capacités financières, c’est d’ailleurs le cas).

Sinon, on trie, on range, on nettoie, on désherbe des trucs pas urgent, on fait des paniers, des récoltes encore, et je fais des papiers, des plans sur la comète, j’organise l’année 2012 et passe mes commandes.

Dans les serres :

  1. céleris en jauge, navets,
  2. mâche et salades
  3. oignons blancs
  4. bettes
  5. carottes

Dans les champs :

  1. parcelle 1 :  tout au fond, des panais, puis fraises, épinards, carottes de conservation, ail,
  2. entre les serres : rien
  3. parcelle 2 :  poireaux,
  4. parcelle 3 : carottes pour l’hiver, choux fleurs,
  5. parcelle dans la pâture : rien.
%d blogueurs aiment cette page :