Août 072016
 

Vous verrez bientôt un peu partout notre nouveau logo créé par l’artiste La Buse.

En voici toutes les versions !

Jan 222016
 

RECONVERSION : Sandra va se lancer dans le maraîchage bio Changement de vie pour cette jeune femme qui passe de l’univers de la grande distribution à un secteur où il est compliqué d’entreprendre : l’agriculture. Reportage : Willy Colin / Carine Mordrelle – France 3 Maine jeudi 21 janvier 2016

Pour aider Sandra et d’autres personnes à s’installer dans les meilleures conditions, notament grâce à un stage de longue durée chez des paysans aguérris, la CIAP a besoin de fonds :

“Créée au début 2015, la Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne de la Sarthe (CIAP 72) a pour but de favoriser l’installation de futurs paysans et propose de les accompagner.
L’agriculture paysanne, c’est une agriculture qui vise le maintien de paysans nombreux, produisant des produits de qualité, participant à la vie du territoire et respectueux de l’environnement.

L’argent collecté “servira à financer le travail de mise en place, de suivi et formations liés à chaque stagiaire. Un animateur oriente les stagiaires sur les paysans à rencontrer, les démarches à effectuer, les disponibilités en terrain ou ferme pour s’installer. Il les conseille sur les formations à suivre pour être le mieux armé pour concrétiser leur projet.”

 

Vous pouvez participer au financement de la structure en cliquant sur ce lien.

Déc 072015
 

L”agriculture paysanne est menacée par une évolution de l’agriculture qui laisse la part belle à l’industrie et à la chimie.
Mais un petit village gaulois résiste au sein des remparts de la Maison des Paysans: c’est la CIAP72, la Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne.191ad5a2-1e5a-d20c-28b6-46bec39bbf12
Elle permet d’accompagner des jeunes (et moins jeunes) qui ne sont pas forcément issus du milieu agricole mais qui souhaitent devenir paysan ou paysanne dans le cadre d’un projet de vie.

Le travail de cette coopérative mérite d’être connu et reconnu, mais son financement n’est pas assuré.
Voici donc-ci dessous un lien vers un site de financement participatif qui présente le projet.

Si vous souhaitez des campagnes avec des paysans nombreux et heureux, prenez le temps de regarder ce que fait la Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne (cliquez sur l’image ci-dessous)

Sans titre

 


 

 Posted by at 13 h 40 min
Oct 012015
 

Pour les accro aux réseaux, la ferme du hanneton est désormais sur twitter

@FermeDuHanneton

Sans titre

Oct 132013
 

Sans titre(clic sur l’image pour accéder au site)

David qui suit se site depuis quelques temps se lance dans la formation menant à sa future installation en maraîchage bio.

Il projette de raconter son parcours, son installation et la suite, je lui souhaite, sur son blog : le (futur) jardin de David.

À ce titre il sera au moins tout aussi intéressant que le blog de la ferme et probablement complémentaire. Une chance pour pour tous ceux qui cherchent des infos sur l’installation et plus largement sur le maraîchage bio.

Bon courage donc, David et que ton projet aboutisse dans les formes souhaitées !

Juin 062013
 

Pourquoi Delphine et Fred ont-ils choisi le maraîchage. (oui, pourquoi ???)

Françoise Le Floch, animatrice à France Bleu Maine a réalisé une série de reportages sur la ferme qui sont passé la semaine dernière, dans son émission “Les pieds sur terre“.

“Delphine et Fred sont arrivés en Sarthe en janvier 2010, ils sont dans le maraîchage bio (plus de 40 variétés de légumes bio cultivés par an).

La ferme est à une vingtaine de kilomètres du Mans.
Ils commercialisent essentiellement en AMAP (Le Mans, Changé et Lombron).
A l’occasion du printemps BIO en Sarthe, ils ouvrent la porte de leur ferme le samedi 8 juin 2013, de 15H00 à18H00.”

Jan 152013
 

J’ai déjà donné pas mal d’info dans l’article sur le parcours à l’installation.

Je rajoute les documents suivants :

Vous trouverez également des mines d’informations sur les sites suivants (il faut parfois fouiner) :

Jan 142013
 

Pour cette partie de la doc, il s’agit uniquement des différentes formes d’exploitations agricoles.

 

Jan 112013
 

J’entame la mise en ligne des documents qui m’ont servis pour m’installer en maraîchage bio (mais qui peuvent d’ailleurs servir pour d’autres types d’installations), et d’autres qui me servent encore dans le travail.

Pour commencer des éléments économiques :

L’imposition des exploitations agricoles : sur le site de terres d’europe, il y a quelques années mais ce n’est plus en ligne donc voici :

Vous trouverez de nombreuses informations sur le site fja.be (site belge mais les notions économiques sont les mêmes). Il faut se balader dans le site pour trouver le maximum d’infos, la table des matières n’étant pas toujours développée entièrement.

 

Utile pour les différents dossiers à monter lors de l’installation (en formation ou pour le PDE), des références technico économiques:

 

Un topo sur les aides financières :

Nov 192011
 

Une amie me demandait l’autre jour comment ça se passait à la ferme, si on “s’en sortait”. Cela fait plusieurs fois qu’on me pose la question, et évidemment, c’est justifié. Je profite de lui avoir répondu par écrit pour faire un presque copier/coller qui m’arrange et qui permet de faire le point :

Alors il y a déjà beaucoup de points positifs :

  • on se débrouille plutôt bien techniquement, même si bien entendu il y a des améliorations à faire,
  • du coup, on peut remplir sans souci nos paniers d’AMAP en variété et sans problème de quantité (si quelqu’un de concerné n’est pas d’accord, il ne faut pas hésiter à en discuter),
  • les légumes sont beaux, sains et bons (on peut aussi carrément s’améliorer dans la taille pour certains légumes, c’est notamment un gros problème de sol qu’on a et qu’on essaie de régler),
  • je pense qu’on pourrait même augmenter nos ventes d’une dizaine de paniers mais je préfère être sûre avant de me lancer . Ce qui fait qu’on se situerait à +15% de ce qui est prévu comme nombre de panier sur une telle surface dans le peu de simulations qui existent (du moins, qui existaient quand j’ai fait mes propres études économiques, il y a peut-être plus de données maintenant. Ca, j’en suis très fière parce que j’estime que c’est uniquement grâce à ma super organisation et à ma capacité à tout envisager en bloc et dans les moindres détails et à court et moyen terme que c’est possible (un peu de fierté, ça permet aussi de mettre du coeur à l’ouvrage ;))
  • on habite à la campagne, dans un coin sympa,
  • on a ici trouvé un bon groupe de copains, alors qu’on était pas du tout de la région (je reste persuadée que le réseau “bio/écolo” y est pour beaucoup)
  • j’ai la meilleure salariée du monde. y’a rien à redire là dessus, c’est comme si c’était moi, voire en mieux. Non, je ne la prête même pas.
  • je salarie quelqu’un et ça c’est une belle réussite
  • Fred et moi pour le moment on passe nos journées ensemble et ça on kiffe
  • on a pas quasi de perte et on vend tout ce qu’on produit, grâce au système d”AMAP,
  • on a des animaux ! (enfin, “j’ai”, parce que je crois que Fred pourrait s’en passer même si il trouve ça sympa).
Bon, sinon y’a des points cruciaux négatifs et qui pour certains risquent de poser rapidement de GROS problèmes :
  • financièrement, le bilan est excessivement tendu : je peux payer ma salariée, les charges salariales, mes charges et celles de fred (il est conjoint collaborateur = corvéable à merci mais pas payé mais quand même protégé), les emprunts. Pour les dépenses mensuelles, c’est déjà une autre paire de manche et je peux les honorer tant qu’il n’y en a pas trop, sinon, on est obligé de renflouer la caisse entreprise avec de l’argent privé et là à force, ben, on en a plus, d’argent privé. Et finalement, pour les dépenses imprévues, c’est très, très  difficile et bien entendu, il est impossible de me payer. Ajouté à ça que j’ai pour le moment certaines exonérations du fait que je viens de m’installer qui vont diminuer d’année en années (donc les charges augmenter) , on voit que la perspective d’amélioration n’est pas évidente.  Il faudrait minimum 1000€ de chiffre d’affaires mensuel supplémentaire ; hors, même si j’augmente de 10 paniers, ça ne ferait que 400-500€/mois. Je peux baisser certaines charges, mais c’est assez limité. et comme je l’ai dit, on a pas de perte ! Et les paniers, c’est la meilleure façon de vendre : la plus rentable la plus rapide la moins coûteuse en production (puisque pas de perte). Outre le côté monétaire, crucial, ne nous voilons pas la face, franchement bosser autant pour RIEN DU TOUT, c’est vraiment pas satisfaisant, ni épanouissant (enfin, pas besoin de faire un dessin, je pense que n’importe qui peut comprendre),
  • Fred devrait bosser à l’extérieur, c’est ainsi qu’on avait prévu l’affaire. Bon il a dû démissionner de son travail pour venir ici, et on comptait bien qu’il ne trouve pas de travail tout de suite pour qu’il puisse m’aider un maximum. Maintenant, il va vraiment falloir qu’il trouve et quand il aura du boulot, il y aura une personne de moins à la ferme et même si on est organisé au petit poil, ça va être chaud, très, très chaud. Je ne peux pas non plus payer une personne de plus ; même pas 3-4 mois de saisonnier, ce qui serait pourtant nécessaire. Ni même augmenter les horaires de ma salariée. Et la perspective de bosser PLUS m’angoisse. Qui plus est, ça veut dire qu’in ne serait plus là non plus pour s’occuper de la maison et des repas ce qui me fera “perdre” du temps (et oui, Fred est meeeeeeeerveilleuuuuuuuux, au moins autant que moi :P, un vrai homme d’intérieur). Si on pouvait, financièrement, on resterait tous les deux à bosser là, c’est vraiment ce qui nous plait. mais je ne peux pas me passer de ma salariée ; en plus éthiquement, ça ne me vient même pas à l’esprit.
  • je voudrais pouvoir payer plus ma salariée, parce que vu le travail, ça me semble juste, même quitte à pas me payer mais même ça c’est pas possible, ou encore,  avoir un second salarié genre 20h/semaine quitte là encore, à pas me payer mais à bosser moins. Mais là encore, c’est complètement impossible,
  • on a beaucoup de boulot. bon ça de passe de détail. je ne sais pas combien de temps on peut gérer moralement et physiquement ce genre d’excès, sachant que ça va pas s’améliorer quand Fred bossera.
Pour résumer, d’un point de vu personnel, c’est satisfaisant, et on pourrait s’en contenter, si on était philosophe. D’un point de financier, ça va devenir critique dans l’année qui vient et malheureusement, c’est toujours le nerf de la guerre ; et puis ça me suer de bosser autant et de pas récupérer les fruits de mon labeur.
Bon, on mourra jamais de faim.
%d blogueurs aiment cette page :